marqueRetenez bien ce nom : Bernard Minier.

Dans une vallée encaissée des Pyrénées, au petit matin d’une journée glaciale de décembre, les ouvriers d’une centrale Hydroélectrique découvrent le corps sans tête d’un cheval, accroché à la falaise. Ce même jour une jeune psychologue prend son premier poste dans le centre psychiatrique de haute sécurité qui surplombe la vallée. Le commandant Servaz, flic hypocondriaque et intuitif, se voit confier l’enquête la plus étrange de toute sa carrière.

Cela n’engage que moi, je pense que à l’instar de Thomas Harris, Bernard Nimier a posé ses jalons pour une suite, il vient de mettre en scène le plus redouté des tueurs, Mr Hirtmann.

Celui qui va entrainer à sa suite Diane, qui pour l’instant reste un catalyseur de l’intrigue et risque de détruire Servaz, si fragile et déterminé, moi j’ai lu GLACE avec une pensée pour les protagonistes de Thomas Harris, j’attends la suite. Attention ! Ce n’est pas une copie, c’est une relecture du mythe « du tueur ultime ».

Passionné du début à la fin, je me suis rendu corps et âmes à l’avenir de ces personnages, l’intrigue est bien ficelée, la chute…on s’en fout…mais que vont-ils devenir, eux qui ont laissé échapper Hirtmann. Un clin d’oeil : retirez le « r » et vous avez « HITMAN » le tueur.

Retrouvez les autres chroniques des romans de Bernard MINIER :
Une putain d’histoire
N’éteins pas la lumière
Le cercle

Publicités