marque« Pendant dix ans, je me suis endormi dans la paix de ma justice et de mon message au monde. Forcez-moi à rejoindre les armes et le prix sera terrible. Arrêtez tout de suite ou il y aura a nouveau du sang, encore plus de sang. Vous êtes prévenus. Ne troublez pas ma paix. »

Le bon berger est revenu. Il fallait le laisser dormir, ne pas en faire une identité médiatique, et surtout ne pas réveiller Dave Gurney. Dave Gurney est un personnage hors norme, ex meilleur flic, retraité qui s’ennuie, un homme qui vit une vie qui ne lui correspond pas, avec son épouse qui rêve d’un cottage de repos et voudrait que son Dave ne prenne plus de risque dans sa vie, ravie de l’interruption professionnelle, elle imagine une vie peuplée de promenades, une vie où son mari ne serait jamais rejoint par son boulot. Malheureusement pour elle.

C’est magnifique depuis le premier roman de John Verdon comme nous voyons évoluer les rapports conjugaux. Il existe chez ces deux personnages une intrigue qui surclasse l’intrigue policière. Parce que John Verdon a Habillé ses personnages d’une enveloppe d’humanité hors du commun.

Je me suis pris à aimer Dave Gurney. Un homme toujours aux prises avec ses contradictions, J’arrête…ou pas. Un homme très proche de la déviance. Qui est-il ? Celui qui sera sans doute le meilleur enquêteur de l’histoire du polar

Dora-Suarez a également chroniqué deux autres romans de John Verdon :
658

N’ouvre pas les yeux

Publicités