marqueDeux jeunes trouvent la mort à Paris, victimes d’un tueur qui leur injecte de l’héroïne pure. Deux SDF subissent également un sort funeste dans les sous-sols de la gare de Lyon.

La copie d’une lettre ancienne codée va parvenir à la police, et la mettre sur la trace d’une vieille histoire qui trouve sa source en Bretagne, à la fin de la seconde guerre mondiale. Le capitaine Daniel Magne et la jeune APJ Lisa Heslin vont tâcher de remonter dans le temps pour démêler l’affaire…mais celui qu’ils traquent est-il le vrai coupable ou seulement une victime ? La vengeance et la culpabilité sont les maîtres mots de ce roman.  

Un roman foisonnant, rempli de personnages qui ne savaient même pas que leur destin allait se croiser. Un destin vertigineux, fait de haine et de morts. Un destin qui n’épargne personne puisque telle une coulée de lave le passé « peu » glorieux de certains Français pendant une époque « troublée » vient tout raser sur son passage. Car il ne faut pas détenir, même à son insu, des preuves accablantes de la lâcheté et de la trahison.

C’est curieux, mais je ne peux pas m’empêcher de faire un pont avec « Le Cimetière des Hirondelles » de Amédée Mallock, il y a entre ces deux romans comme une histoire de famille. Je vous laisse en juger par vous-même. Foin de comparaison, revenons à notre sujet pour que je puisse dire tout le bien que je pense de l’écriture de Jacques, c’est fluide, c’est poétique, descriptif comme un tableau de Monet et parfaitement maitrisé pour donner une couleur particulière au genre et un grand bol d’air au lecteur, qui aura quand même parcouru l’ouvrage en apnée.

Je vous rappelle que Jacques SAUSSEY est l’un des lauréats au prix « Dora-Suarez » le 30 novembre 2013 et qu’il nous honorera de sa présence.

Publicités