couv-rouge-vaise-blanc0001-212x300En face de cette bande de néfastes, il avait bien senti qu’il était de trop dans ce sabbat. Jean-Bernard POUY

Un homme est retrouvé assassiné, le visage écrasé, déformé à coup de masse. L’enquête est confiée au commissaire Séverac, chef du groupe criminel de la PJ lyonnaise. Quelques temps plus tard; un nouveau crime est commis.  Cette fois ci, la victime a eu la tête broyée sous la roue d’une voiture.

Les deux hommes ont reçu des messages de menace dont la teneur est similaire : « Vous étiez cinq ce soir là, à présent il faut expier, tu seras le suivant. » L’équipe de la PJ de Lyon découvre alors que les deux morts faisaient parti d’une bande de fêtards inséparables, tous originaires de Vaise. 

La bande s’est désagrégée brutalement dix ans plus tôt. Quelle est la cause de cette brusque dissolution ? Est elle à l’origine de ce qui semble être une vengeance longuement mûrie ? La découvrir devient la priorité de Séverac, mais aussi retrouver et protéger les survivants de la bande des « cinq gones de Vaise ». Une course contre la montre s’engage entre l’équipe de la brigade criminelle et le tueur inconnu. 

Jacques Morize signe avec cet ouvrage le grand retour du « roman policier » à la française, ça sent bon le cinéma d’après guerre, jusqu’à aller titiller la nouvelle vague de Chabrol et de son inspecteur Lavardin. Parce qu’enfin, les choses sont simples. On suit au fil du roman une enquête policière où les méchants sont des salauds, les flics ont leurs faiblesses.
Un monde de tous les jours peuplé de petits chefs d’entreprises, de petits ou gros tracas conjugaux, de beaufs. Jacques Morize raconte ça comme ça avec une banalité déconcertante, s’il n’ y avait l’horreur des actes commis, la souffrance entre les lignes et entre les verres, les pichets, les pots. Une question reste à jamais posée : les copains de beuveries sont-ils des amis ? 

Jacques Morize participera début 2015 à l’événement Dora-Suarez : « les auteurs du Lyonnais tuent le cochon » qui réunira des auteurs du noir régionaux.

Retrouvez la chronique du Fantôme des Terreaux, ainsi que les nouvelles de Jacques Morize dans la collection « Dora-Suarez présente » : le tome 1 Un petit noir, et le tome 2 À table !

Publicités