cécileJe suis celui qui nichait dans le placard de ta chambre quand tu étais minot… Celui qui se tient tapi dans l’ombre depuis tant d’années, prêt à dévaster ta misérable existence et qui attendait son heure. Je suis celui qu’il ne fallait pas croiser sur ta route…  Je suis le croque-mitaine, BOUH ! Servais MARCUSE

Servais Marcuse, un nom des plus improbable, un nom d’emprunt ou un nom de prêt sur gage, un nom à coucher dehors ou un nom à ne jamais se réveiller, un nom qui glisse ou un nom qui mord, il y a tout cela dans le personnage de Servais Marcuse et encore tant d’autres choses que nous aimerions connaître, vient-il du ciel ou de l’Enfer ?

Un casting ciné s’est imposé immédiatement à la lecture de ce roman :
Servais Marcuse : Mickael LONSDALE
Charley : Issa DOUMBIA
Cécile : Sylvie TESTUD

Ce roman d’une grande originalité nous promène dans un monde où la réalité n’est jamais qu’une partie de la réalité.

Servais Marcuse est-il ce papy débonnaire plein de sollicitude ou ce tueur implacable.

Cécile est-elle vraiment cette jeune femme triste après une séparation ou une fieffée menteuse.

Charley si prompt à se mettre au service de Marcuse n’en attend-il pas un peu plus qu’une vague reconnaissance et un dédommagement financier.

Ces trois personnages nous entraîne dans une sarabande où la morale, telle que nous la concevons, n’a plus court, c’est Marcuse qui mène la danse et donne le tempo au prix d’effacer quelques pas de côté.

Marcuse voit cette vie qui s’annonce à lui avec l’arrivée de Cécile comme une presque renaissance, encore faut-il que rien ne vienne troubler ses espérances pour lui-même et pour autrui, car Marcuse est un gendarme des sentiments, il a décidé qu’il aimait et voulait être aimé, c’est la loi de Marcuse qui prévaut…

Un excellent roman noir à la touche discrète des années 50 ou 60, une ironie à faire damner un curé, des situations comiques décalées, on visite Audiard, Mocky, Melville.

Que du bon !

Qui plus est l’auteur construit une alchimie entre les trois personnages principaux qui fonctionne à merveille au fil du récit.

Je me suis attaché à eux, j’ai eu du mal à les quitter même si la fin est un immense clin d’œil au monde.

Schroninère, ch’pas ?

Paru aux Éditions du Caïman.

Retrouvez la chronique de T’es pas Dieu, petit bonhomme, Un avant-goût des anges, Les gens comme Monsieur Faux, ainsi que l’interview de Philippe Setbon par Dora-Suarez.

Publicités