espritParce que dès l’instant où elle était née, elle avait commencé à mourir… L.K.

J’ai été hanté plusieurs mois par cet ouvrage qu’un ami m’avait conseillé. Dès le début de la lecture, les toutes premières pages, l’angoisse m’a étreint, un malaise persistant, une lecture envoûtante.

Lorsqu’elle se réveille ce matin-là, Holly, angoissée, se précipite dans la chambre de sa fille. Tatiana dort encore, paisible. Pourtant rien n’est plus comme avant en ce jour de Noël. Dehors le blizzard s’est levé; les invités ne viendront pas.

Au fil des heures, ponctuées par des appels téléphoniques anonymes, Tatiana devient irascible, étrange, inquiétante. Holly se souvient : l’adoption de la fillette si jolie, treize ans auparavant, en Sibérie… Elle s’interroge : Quelque chose les aurait suivi depuis la Russie jusque chez eux ? Un huit clos glaçant entre une mère et sa fille.

Une trame minimaliste, point de départ d’un thriller mental terrifiant. Car, oui, quelque chose est bien venue avec eux depuis la Russie, mais certainement pas ce que vous pourrez imaginer.

Tout au long de ma lecture j’ai échafaudé les hypothèses les plus folles, de la créature fantastique au psychopathe redoutable et tant d’autres. Les dernières pages de ce roman sont glaçantes, percutantes. Pendant 300 pages nous avons été malgré nous (encore que…) les témoins de ce qui va vous glacer le sang.

De la même auteure je vous conseille « LES REVENANTS ».

Publicités