barbeleLe mal qu’on te fait la nuit a commencé le jour. Janis OTSIEMI

Dris est un délinquant qui a décidé de se ranger.
Serge est un pédophile qui compte bien profiter de sa liberté.
Schimanski, un flic de la BAC de nuit embarqué dans une enquête hors procédure.
Leurs chemins vont se croiser.

Tout d’abord, tout est dit dans la mise en situation des personnages, peine perdue, personne ne sortira indemne de cette histoire. Il faudrait être sacrément naïf, même benêt pour penser qu’un auteur qui a choisi de vous raconter la vraie vie va partir en conte de fée, parce que Dris n’est pas un prince charmant, Sarah n’est pas une princesse, Schimanski n’est pas un preux chevalier et Serge est une putain d’ordure.

Le terrain est miné.

On a l’impression de lire en direct, de deviner ce qui pourrait se passer, alors on cherche la sonnette d’alarme, on veut crier STOP! Fais gaffe à toi Dris, faîtes gaffe à vous, les gens, Serge est un prédateur. Et pourtant l’histoire se noue comme notre cœur.

C’est inexorable, il ne reste plus qu’à se demander qui va tuer qui ? Y aura-t-il des survivants ? On retrouve dans le récit beaucoup de codes des polars des années 50 ou 60. La tentative de réinsertion par la boxe, l’entraîneur qui en a trop vu mais qui continue désespérément son œuvre d’humanité. Le caïd de quartier dans sa boîte de nuit, les combats clandestins, la loyauté des malfrats, l’amour comme ultime rédemption. Mais l’auteur ne s’est pas englué dans ces clichés, son roman est actuel, la banlieue, la drogue, les cités, le désespoir au quotidien.

Un roman noir, très noir qui interroge sur la réalité des détenus qui sortent de prison, avec un suivi, soit, mais, quand on s’appelle Serge et qu’on est un pervers majestueux, avec un appétit de désolation, de souffrance, de satisfaction morbide…

Avec ce roman, Cédric CHAM confirme son talent à nous raconter ces histoires si peu éloignées de la réalité, la frontière c’est le papier, c’est peu.

Cédric CHAM est nominé pour le Prix Spécial Dora-Suarez 2017 qui se tiendra le 18 mars 2017.

Retrouvez la chronique du premier roman de Cédric CHAM : La promesse.

Publicités