Couverture d'Olagarrro de Ludovic BouquinJe suis la pire des mafias, je suis la loi. Personnage inconnu dans “La peur au ventre”.

Tout d’abord je veux remercier Ludovic BOUQUIN pour la confiance dont il m’honore, j’ai eu en exclusivité entre les mains le manuscrit de ce roman, et puis le remercier en qualité d’écrivain d’avoir su se métamorphoser en auteur.

Rémission spontanée était un fort agréable roman dont on ne savait pas trop s’il appartenait au polar ou à l’aventure. Olagarro a choisi son camp, on est dans le polar, le polar avec ses codes : un personnage pris au piège d’histoire qu’elle ne soupçonnait pas, un mafieux en quête de rédemption, un gang de Serbes ultra violents, un flic entouré par la mort de ses proches et une course poursuite en apnée entre l’année 1985 et nos jours.

Ça flingue dans tous les coins du roman. Une originalité au début, un dompteur de fauve dans un cirque crucifié aux barreaux de la cage et dévoré vivant… ça vous tente ? Les personnages sont magistralement campés, on arrive même à “aimer” Manuel.

Ludovic BOUQUIN a transcendé son envie d’écrire, parce que ce que l’on ressent c’est l’envie de donner du bonheur au lecteur et là c’est une pleine réussite. Laissons-nous emmener au fil de ces années qui ont construit l’ascension d’un des hommes les plus dangereux, contraint maintenant par devoir de rédemption de se mettre à découvert au risque de tout perdre.

Un bien bon bouquin Monsieur BOUQUIN je sais…je sors…mais je devais la faire; mille excuses, je me suis habitué à mieux…

Ludovic FRANCIOLI

Retrouvez l’interview de Ludovic BOUQUIN lors de la remise du Prix du Premier Roman Dora-Suarez 2017.

Publicités