couverture ainsi fleurit le mal julia heaberlinPour leurrer le monde, ressemble au monde, ressemble à l’innocente fleur, mais sois le serpent qu’elle cache. William SHAKESPEARE

J’ai toujours pensé que la mort avait quelque compte à régler avec moi.” Tessa

A seize ans, Tessa est retrouvée agonisante sur un tas d’ossements humains et au côté d’un cadavre, dans une fosse jonchée de milliers de marguerites jaunes aux yeux noirs. Partiellement amnésique, seule survivante des “Marguerites” – surnom que les journalistes ont donné aux victimes du tueur en série -, elle a contribué, en témoignant à envoyer un homme dans le couloir de la mort. Terrell Darcy Goodwin, afro-américain, le coupable parfait pour la juridiction texane.

Presque vingt ans ont passé. Aujourd’hui, Tessa est une artiste et mère célibataire épanouie. Si elle entend parfois des voix – celles des Marguerites qui n’ont pas eu sa chance -, elle est toutefois parvenue à retrouver une vie à peu près normale. Alors, le jour où elle découvre un parterre de marguerites jaunes aux yeux noirs devant sa fenêtre, le doute l’assaille…Son “monstre” serait-il toujours en cavale ?

Ce livre est un pur thriller, avec en plus, une originalité de construction, une originalité de ton et une approche scientifique parfaitement documentée et maîtrisée. Les chapitres se succèdent en alternant le récit de Tessie en 1995 – sa thérapie, sa cécité post-traumatique, son amitié sans partage avec Lydia – et le récit de Tessa aujourd’hui – ses angoisses, ses hallucinations, son rapport à sa fille adolescente, son rapport aux hommes -.

Mais voilà Tessa aujourd’hui est au cœur d’un maelstrom judiciaire. En effet, un cabinet d’avocats spécialisé dans les erreurs judiciaires conduisant à la peine de mort, vient lui demander son aide pour empêcher l’exécution de celui qu’elle a toujours considéré comme son bourreau. Si Tessie est plongée dans l’enquête qui conduira à la condamnation de Terrell Darcy Goodwin, elle est plongée dans l’enquête qui devrait conduire à l’amnistie de ce même Terrell. Si ce n’est pas lui, alors qui a assassiné toutes ces jeunes filles ?

C’est sans doute un des meilleurs thrillers que j’ai lus depuis bien longtemps, avec, ce qui n’est pas toujours le cas, une qualité d’écriture, un sens de la construction, de l’intrigue, du rythme qui ne peut pas être pris en défaut. Une découverte parfaite.

 

Ludovic FRANCIOLI

Publicités