Chronique Dora-Suarez Crotales - Jean-Luc BizienJ’aimerais penser que j’agis pour le bien… Il en est bien hors de question. Ludovic FRANCIOLI

Le hard-boiled est un genre à part du polar, une entité qui possède ses propres règles, une unité de temps, court, un espace immesuré, des personnages au summum de leur efficacité, une violence exacerbée, proches de la caricature, mais une volonté de faire triompher le bien.

Jean-Luc Bizien est, de mon point de vue le seul représentant du genre en langue française.
Les aînés sont Stéphan HUNTER et John WOO.

Retrouvons Paik Donk-soo, l’invincible que nous avons rencontré dans la trilogie précédente.
Une image récurrente du hard-boiled, l’invincible mais souffrant, possédant tous les talents de tueur.

Et surtout il y a le récit emmené à une vitesse qui ne laisse aucun répit au lecteur.

C’est compliqué de parler de ce roman sans faire un spoiler, comme il m’a été compliqué de chroniquer la trilogie, j’ai baissé les bras face à trop d’événements, j’ai baissé les bras face à mon impossibilité à parler de ce qui me dépasse.

Monsieur Bizien, vous êtes sans doute le sauveur du genre, et je vous en remercie.

Ludovic Francioli

Découvrez la chronique de L’évangile des ténèbres, de Jean-Luc Bizien.

Publicités