chronique dora suarez Apocalypse transferts - Fabio M. MITCHELLI

Puis vient le jour des révélations de l’apocalypse, où l’on comprend qu’on est maudit et misérable, et aveugle et nu et alors, fantôme funeste et dolent, il ne reste qu’à traverser les cauchemars de cette vie en claquant des dents. Jack Kerouac

Dans quelle réalité vivons-nous vraiment ? Sommes-nous les acteurs de nos vies ou en sommes-nous les marionnettes ? Et dans ce cas, qui tire les fils de nos destinées ? A l’heure des réseaux sociaux, de l’hyperconnexion, des drogues de synthèses et de l’impression des armes à feu en 3D, l’adolescence est en passe de supplanter l’adulte et de prendre le contrôle. Entre gangs de quartiers, trafiquants de coke ou de de crack, un lieutenant de police désillusionné tente de ramener à la raison les derniers guerriers d’une génération perdue. Ces ados qui seront les adultes de demain, et qui se retrouvent face à la banalisation de cette violence déguisée en produits “ludiques”, je vous les fais fais découvrir par le biais des Arcanes du Chaos…

Quelle marge entre la réalité et la fiction ?

A moins de lire un document reportage ou encore un témoignage historique nous sommes d’accord pour penser que la marge est évidente en suivant le parcours du récit et l’option de l’auteur.

Fabio M. Mitchelli nous propose à travers un “polar” de fiction (de par son intrigue) une plongée dans une réalité virtuelle que nous connaissons tous, l’ultra-violence de certains jeux vidéos.

Nées de concepteurs à l’imagination débordante, ces séquences de jeu ne sont censées que solliciter notre adrénaline, nos pulsions meurtrières inavouées, notre violence intérieure… Game over et nous redevenons un citoyen lambda…

Chez l’auteur tout n’est pas aussi facile…

Imaginez un jeu créé à partir de séquences “live”, des vraies fusillades, des vrais meurtres ou viols, des cobayes sans aucunes retenues qui testent une hyper-réalité dans la réalité.

C’est bien construit, c’est un très bon roman, addictif (comme les jeux dont il parle), un vrai pitch en plein milieu du récit, ça marche, ça fonctionne…

Pour ma part j’ai retrouvé le Fabio M. Mitchelli qui m’avait tant intrigué au début de sa carrière.

Ludovic Francioli

 

Lire les autres articles concernant l’auteur :
Le tueur au miroir
Une forêt obscure
1er épisode de Cross the line
La compassion du Diable
Le cercle du chaos
Dolly’s Bible
A la verticale des Enfers
La verticale du Mal
La verticale du fou
Transferts

Publicités