LA TUPINA, à Bordeaux
Jamais un restaurant n’aura si bien servi la cause du goût juste
Périco LEGASSE in Marianne N°1276 du 27 Août 2021

D’abord la forme, un manuel de recettes de cuisines qui chaque fois trouvent leur place dans le récit et aussi une sorte de best of du polar grinçant, imaginatif. Les deux se conjuguant comme s’il était impossible que l’un manque à l’autre, pour tenir cette sauce.
Puis le fond, un polar classique qui selon moi a eu le bon goût (vous voyez on y revient) de s’inscrire dans les années 70, parce que ces années là étaient la porte ouverte au plein emploi, que des cris de liberté avaient brisés quelques tabous et que du coup il n’y a pas d’étonnement à trouver un Aboubacar dégotter un emploi, faire preuve de son art de découpeur et mettre en scène son homosexualité, c’est dans l’air du temps même si par réflexe sociétal se manifestent les fachos, les casseurs de pédés et les profiteurs de tous bords.

N’empêche, la réussite a un prix, le maintien de son rang dans la société a un prix, mais pas le même suivant que l’on soit riche ou bien portant, noir ou blanc, homo ou hétéro, ça se déguste sans faim, au fil des pages, au fil des recettes, avec toujours à l’esprit le P….. de bonheur qu’on du avoir nos deux auteurs à écrire ce manuel irrévérencieux en forme de polar.