« Toutes les femmes ont une histoire. La mienne est plutôt moche. » À la veille de ses trente ans, au cours d’une nuit entourée des fantômes de son passé, Héloïse va se raconter. Portée par les souvenirs et les remords, elle ouvre la boîte de Pandore. Noir, intime et dérangeant, un roman à la fois sombre et lumineux dans lequel les émotions sont à fleur de mots

Dès le prologue on sait qu’on va plonger dans une histoire noire, glauque, un testament.
Mais le pire reste à venir.

Le mot-clé de ce roman est  » abandon « . L’empreinte de l’abandon originel va façonner la vie d’Héloïse, d’échecs en maltraitances, de violences en blessures dans le cops et à l’âme. De bien trop fugaces éclaircies tentent d’illuminer un peu ce récit sans jamais y parvenir au point tel que le lecteur y prête peu d’attention.
Il s’agit bien d’un récit, nulle intrigue ne vient se prêter à une divergence. Le récit d’une vie perdue, le récit du désespoir, le bilan d’années de souffrance jusqu’à la dernière page et comme pour tout bilan il faut bien en tirer les conclusions qui s’imposent, la sentence sera irrévocable.

Héloïse victime oui, mais aussi bourreau et le statut de l’une ou de l’autre n’est pas plus facile a porté et ne peut que l’enfoncer un peu plus dans les ténèbres de l’Ombre qui l’entoure et la maintient figée dans cette inexorable perte.

C’est un récit poignant, dérangeant et tellement emprunt de vérité.
Ce roman est sélectionné pour le Prix DORA-SUAREZ 2022.