Recherche

Dora-Suarez : L'actu littérature noire

Découvrez le meilleur de la littérature noire et des auteurs exceptionnels

Catégorie

Chroniques

Retrouvez ici toutes les chroniques de littérature polar par Ludovic et Emma.

7 LETTRES – Olivia HARVARD

« Si tu trouves cette lettre, c’est que j’ai accompli mon travail avec succès :
Colton Crest n’est plus qu’un souvenir, un corps sans vie, une coquille vide.
Tu aurais pu le sauver. Mais tu ne l’as pas fait.
J’ai écrit six autres lettres et les ai cachées dans six endroits différents. Chaque lettre contient une confession. À la fin de la dernière, tu sauras qui je suis.
Prends ton temps.
Moi j’ai tout le mien. »

Après avoir disparu pendant plus d’un mois et être revenu sans aucune explication, Colton Crest a été assassiné. C’est son meilleur ami, Eliott, qui retrouve son corps. Ainsi qu’une lettre, nichée dans sa veste. Signée de la main de l’assassin, elle propose un jeu de piste qui le mènera à six autres lettres. Chacune d’elles le rapprochant un peu plus de la vérité, de l’identité du tueur…

Addictif et haletant, un thriller à conseiller à partir de 16 ans.

LES LEGIONS D’HADES- Cendrine BERTANI

Après Le Seigneur des Anneaux, Les Hobbits, voici une saga phénoménale par la nouvelle déesse du thriller entre mythe et légende historique oscillant entre le présent et la Grèce antique.
Suite à l’assassinat d’un professeur d’archéologie, Athènes sombre dans un chaos orchestré par la secte des adorateurs d’Hadès qui cherche à ressusciter l’héritier du dieu des ténèbres. Tandis que Georgia mène l’enquête, Milos, le fils de la victime, traverse le temps et se retrouve à l’époque de la Grèce antique. Partis à sa recherche, quatre de ses amis font face à de nombreux fléaux

Athènes est terrorisée par les Kopolis, une famille installée au gouvernement, connue par ses opinions d’extrême-droite. Sacrifices, esclavagisme, massacres. Un tandem de flics les affronte. Georgia et Chrysostomis ne sont pas au bout de leur peine. Chacun va payer cher le prix de sa probité. Le fils Kopolis, Enyo, espère être l’Elu, et il se met au service d’Hadès. Le dieu des Enfers fera-t-il de lui son leader, sur Terre ? Les Légionnaires sont-ils prêts à le considérer comme un des leurs 7 En pleine période de guerre, alors que la Grèce subit les ravages de l’épidémie de typhus, nos Voyageurs du temps.
piégés sous le règne de Périclès, essaient de comprendre quelle légion ils devront affronter, Comment pourront-ils rentrer à leur époque ? Les mercenaires au service d’Hadès ont perdu leur humanité, en devenant des démons. Aurélia en est un exemple flagrant. Piégée par un pacte. conclu avec le diable. elle est devenue vampire, et doit se nourrir de sang. Un salut reste-t-il possible ?

Le troisième volume ne saurait tarder, une saga passionnante en 6 volumes à recommander à partir de 16 ans.

LA CHIMERE DE LA DOMBES – Frédéric SOMON

Un matin brumeux dans la Dombes, sept ans après les premiers assassinats d’adolescentes, la découverte d’un nouveau meurtre avec un modus operandi identique, est un choc pour les gendarmes de la section de recherches de Lyon. Ces derniers étaient convaincus d’avoir mis hors état de nuire celui que la presse avait surnommé « Le tueur de la Dombes ». Si le chef Deschamps est chargé de cette nouvelle enquête, il en sera très vite dessaisi lorsque son épouse sera abordée par un inconnu qui s’avèrera être le serial-killer. Se moquant des gendarmes, ce dernier n’hésitera pas à les provoquer, jusqu’à kidnapper, à quelques centaines de mètres de leur caserne, une autre adolescente.
Ces deux affaires entraînent de nouvelles tensions entre la gendarmerie en charge du meurtre et le SRPJ enquêtant dans la disparition d’Alys Valemberg. Une enquête sous haute tension qui mettra tout le monde sur les nerfs de Lyon jusqu’à Genève.

Il faut saluer Frédéric SOMON qui vient de recevoir un Prix à Nîmes ce week end et je l’en félicite.
Pour ma part je suis passé d’emblée au deuxième roman, une « suite » qui s’avère magistrale.
Une connaissance bien sûr approfondie du milieu de la Police Judiciaire, de par le fait et une connaissance de l’être humain dans son milieu personnel ou professionnel qui fait de ce roman un véritable document doublé d’un récit passionnant qui parfois touche au mystique, ménage le lecteur à travers des moments de reflexions, d’accalmies pour mieux le plonger dans l’univers cruel de cette traque qui peut ruiner la vie de tous les protagonistes, laissant planer la figure dantesque du tueur, un peu comme un personnage de John CONNOLLY.

ILS SONT VENUS DU FROID

Un roman initiatique dans une nature hostile, où seuls l’art, l’amitié et l’amour peuvent empêcher l’humanité de sombrer…
Après la Catastrophe, les humains ont formé des clans pour tenter de survivre dans une nature hostile et glaciale. Malgré les difficultés de leur existence, Ilia, Neige et Aurore se lient d’amitié et se prennent à rêver d’un avenir meilleur.
Mais lorsqu’ils sont capturés et réduits en esclavage, leur quotidien devient terrifiant : ils s’épuisent au fond d’une mine de charbon pour alimenter les rêves fous d’un dictateur…
Alors que la nourriture vient à manquer et que les mauvais traitements les affaiblissent, les trois amis se demandent s’ils pourront échapper à leur inéluctable destin et sauver ceux qu’ils aiment..

A conseiller à partir de 12 ans

L’HONNEUR DE ZAKARYA

Zakarya Benothmane, vingt ans, est accusé du meurtre de Paco Moreno, son rival au club de boxe. Tout est contre lui. Mais Zakarya affirme qu’il n’y est pour rien. Au cours de son procès, les témoignages se succèdent à la barre : Djibril, l’entraîneur, ses amis, la belle Aïssatou, Yasmine, sa mère, qui a élevé seule ce fils adoré et indomptable qu’elle défend comme une lionne…
À la défense, Lucie Colancelle, jeune avocate brillante et passionnée qui gagne peu à peu la confiance de ce garçon mystérieux. Mais si Zakarya est innocent, pourquoi reste-t-il muré dans son silence ?

A conseiller à partir de 14 ans pour lectrice ou lecteur averti

LE REVE D’HABIB – Jean-Michel LEBOULANGER

Deauville, ses belles demeures, sa plage aux parasols multicolores, tel un fragment de paradis.
Et soudain, sur le sable blond d’un matin calme, un cadavre atrocement mutilé.
Règlement de compte, trafic humain ?
Fraîchement promue capitaine et mutée sur la côte normande, Hadija Mounier va devoir prendre en charge cette affaire sensible.
Secondée par un jeune OPJ au tempérament atypique, elle va être confrontée aux profiteurs sans scrupules mais également aux bonnes âmes locales. Une plongée éprouvante au sein de la noirceur humaine qui fera remonter à la surface des épisodes enfouis de son propre passé..

J’ai apprécié ce roman en deux blocs, la première moitié stupéfiante d’une vérité qui nous blesse par sa violence descriptive de ce monde de misère aux mains de mafias et d’organisations terroristes qui agissent sous le couvert d’une « organisation humanitaire » sans réels contrôles, comme sas bourré de trous laissant apparaître le crime par désespoir de plans économiques, de budgets et surtout de projets viables.
C’est une vision dans cette partie de l’ouvrage qui effraie, même si nous sommes des spectateurs lointains à travers les médias, cette première partie est un témoignage.
La deuxième partie, ou second bloc nous entraine dans le roman policier, avec malheureusement ses tics : prêter au personnage féminin des affres affectifs (ce qui ne m’a pas du tout interessé) à travers une relation tumultueuse avec un de ses collaborateurs.
Ce sont des disgressions qui ont fait baisser mon attention, et de ce qui présageait un livre engagé, un livre témoignage devient un scénario de téléfilm.
Jean-Michel j’ai vraiment été capté par la moitié de ton livre, ce qui justifie ta nomination au Prix Dora-Suarez 2022, mais je n’ai pas adhéré à la seconde partie. Peut-être parce que c’est le seul que j’ai lu de ta trilogie.

Mon illustration musicale réside dans le titre « raison de se battre ».

AFFAIRES INTERNES – Didier FOSSEY

Août 2015 – Autoroute A 10.
Deux hommes au volant de leur berline roulent à vive allure et provoquent un accident d’une violence inouïe : une femme est tuée sur le coup, sa fille de 5 ans est grièvement blessée.
Lorsqu’il apprend le drame, Yann Rocher – officier de police, et père de l’enfant – est en service ; il est dévasté.
Les conducteurs s’en sortent avec quelques blessures…
3 ans plus tard… Février 2018 – Lyon
Des braqueurs attaquent une bijouterie du centre-ville; la police judiciaire est saisie. Durant l’enquête, la capitaine Poirier remarque des similitudes avec d’autres braquages commis dernièrement en France.
L’organisation sans failles des malfaiteurs ressemble à celle des militaires ou… des policiers, ce qui attire l’attention de l’Inspection générale de la Police nationale.
De son côté, Yann Rocher, désormais chef de la BAC Nuit, à Colombes, a toujours la même idée en tête : venger sa fille, Mia.
Et pour cela, il est prêt à tous les compromis..

Un mot d’explication sur le choix de mon illustration musicale de cette chronique.
Ce titre me semble tenir en son sein tout l’amour et tous les regrets de Yann Rocher, comme une litanie obsédante, qui tourne, tourne et tourne encore…

La vengeance comme un rachat, une expiation sur un thème polar extrêmement classique, je pourrais même dire archi vu, les flics ripoux, les casses de plus en plus risqués, l’IGPN au bord de la crise de nerf, la tension en crescendo.
Tous les personnages ont leurs particularités même si on est globalement dans le brutal, seul Yann Rocher vient capter toute mon attention, je m’identifie à lui alors je souffre avec lui, tout cela par le talent d’écriture de Didier FOSSEY, fluide, par moments presque journalistique pour mieux laisser ces moments de fulgurance apparaîtrent et nous aveugler.

Merci à toi de m’avoir dédicacé ton ouvrage qui, vois-tu tient sa place dans la liste des nominés 2022 pour le Prix Dora-Suarez.

A SANG ET A MORT – Sandrine DUROCHAT

Une violente attaque de fourgon blindé qui tourne mal. Un convoyeur au tapis et neuf millions envolés… Entre Grenoble et Échirolles, deux clans se sont alliés pour tenter un gros coup. Mais rien ne s’est passé comme prévu… Au milieu de cette faune qui s’entretue pour l’argent et le pouvoir, Nina, Audrey, Karen et Samia vont tenter d’en réchapper… Et puis il y a Hirsch, dit Le Mur, commandant de police pourri jusqu’à la moelle, Precious, le caïd, Malik, le boss. Tous aussi malsains les uns que les autres… Et Gabriel, le flic en pleine dépression depuis la mort d’un jeune manifestant, qui, en quête de rédemption, semble vouloir remettre les choses à leur juste place…

Tétanisé !
Comment resté intact face à ce déferlement de violence ?

Suis-je dans un film qui a grands renforts de morts violentes comme on en trouve trop souvent, c’est mon point de vue, nous accroche les yeux fixés à l’écran, la sauvagerie qui crée le besoin d’encore plus, il y a de ça dans ce roman.
Mais ce ne pouvait pas se résumer à un artifice, connaissant Sandrine DUROCHAT elle ne pouvait pas nous trahir avec « à la manière de… ».
Alors je lui ai fais confiance pour nous raconter une réalité, bien sûre romancée (quoique) nous accroche à une sauvagerie inéluctable et bien réelle. Là ça fait peur et on peut croiser ce qui alimente les faits divers de nos quotidiens régionaux avec son récit parfois caricatural.

Ca pète, ça roule à mille à l’heure. Ce qui pouvait être réjouissant dans sa série de nouvelles devient un étranglement au bord de la perte de connaissance, je l’ai lu d’une traite mais je n’ai pas dormi d’une traite, hanté j’étais, et tout particulièrement par Précious, une victime-monstre à fleure de chair.

Comme j’écris cette chronique d’un seul jet sans aucune intention de correction (à part l’orthographe), je reviens sur le mot « caricatural », il n’est absolument pas péjoratif mais il m’est venu par le surnom du commandant « Le Mur », je ne sais pourquoi, c’était trop…
C’est une bombe dans la narration et j’attends de Sandrine son prochain roman…?

SARAH JANE – James SALLIS

Surnommée « Mignonne », ce qui ne lui va pas comme un gant, Sarah Jane Pullman a déjà trop vécu pour son jeune âge : famille dysfonctionnelle, fugue à l’adolescence, crimes, petits boulots dans des fast-food… on se demande comment elle parvient à redresser la barre. Elle y arrive et, à sa grande surprise, est engagée comme agent au poste de police de la petite ville de Farr. Lorsque le shérif titulaire disparaît, c’est elle qui prend sa place. Mais Sarah Jane ne se satisfait pas de la situation. Cet homme, Cal, était son mentor, son appui, et elle ne peut accepter qu’il se soit évanoui dans la nature. Elle va découvrir des choses qu’elle ne soupçonnait pas…

Comme l’avait titré un article de presse, ce roman est le puzzle d’une vie dévastée, mais pas seulement celle de Sarah Jane mais celles aussi des vétérans de guerre et des habitants de ces trous du sud de Etats Unis dont la vie est rythmée pour les premiers pas les suicides et pour les seconds par les malveillances de la vie, les accidents de voiture, les meurtres crapuleux, l’alcoolisme.
James SALLIS, outre être un digne représentant de la littérature noire américaine fut aussi traducteur de Blaise Cendrars ou encore Raymond Queneau et surtout le spécialiste du roman élliptique, comme son héroïne qui passera son temps à s’éclipser et à raser les murs passant de combattante dans les déserts orientaux à ajointe de police dans une petite ville d’où le shérif disparaît sans laisser de trace.
Sallis nous dit : « Toutes les histoires sont des histoires de fantômes, qui parlent de choses perdues, bataillant pour être vues, pour être acceptées par les vivants »

A nous de combler les trous dans l’énigme de cette vie.

# JE SUIS LILLY – Vincent VILLA

Lilly est morte, massacrée à la hache par son ex-compagnon, depuis disparu. Pour beaucoup, un malheureux fait divers. Pour Nina, sa petite sœur, le pire des crimes. La jeune boxeuse ne rêve que de vengeance…
Alors que Lilly devient le symbole de la lutte contre les féminicides à travers le hashtag #JesuisLilly, l’affaire prend une tournure plus dramatique encore : quelques heures après une manifestation, une militante est brûlée vive…
Sur un sujet tragiquement d’actualité, un thriller fort, pertinent et palpitant.

Ce roman est un engagement contre les violences faites aux femmes et on ne peut qu’en remercier Vincent VILLA, et c’est aussi un excellent polar, actuel et urbain, violent et parfois cruel.
Une histoire de vengeance et de traque, Nina poursuit l’assassin de sa soeur, Paolo le flic poursuit un ou plusieurs assassins de femmes qui agissent selon un rite médiéval religieux, tout en essayant de ne pas perdre la trace de Nina.

Des rencontres parfois très belles avec de beaux portraits de femmes engagées dans une lutte qui peut leur faire perdre la vie, des rencontres moins belles et plus sulfureuses en la personne d’un vengeur masqué éliminant les hommes violents, et des rencontres immondes avec ce club de la suprématie mâle et leurs actes violents oscillant entre le KKK et l’Inquisition religieuse dont le leader, un dégénéré se verrait bien finir son oeuvre en se transformant en mass-murderer.
Vous l’aurez compris, ça bouscule mais ça éblouit aussi sur un sujet trop souvent traité par des
femmes comme si la souffrance endurée en tant que telle ne pouvait s’exprimer que par leurs bouches. Vincent VILLA nous prouve avec ce roman que les hommes peuvent avoir leur mot à dire et peuvent s’ériger en témoin, en défenseur, en juge.

NAIJA – Thierry BERLANDA





Un industriel de l’agroalimentaire a été retrouvé affreusement blessé dans une bétaillère bondée de génisses. Que cache ce crime d’une cruauté inédite ? Qui l’a commandité et pourquoi ? Jacques Salmon et Justine Barcella, qui forment l’unité spéciale Titan, sont mobilisés. Leur enquête les met sur la piste de trois tueuses, de Paris jusqu’au Nigeria, à Lagos, cité tentaculaire surpeuplée où règne la loi du plus fort.
Que dissimulent les tours de verre High Tech du géant Histal, mystérieux groupe scientifique et industriel international ? Quelles sont ces « Tenues jaunes » au physique parfait qui accueillent les visiteurs ? Trafic d’organes, manipulations génétiques, hybridations monstrueuses, nanotechnologies ultraperformantes… les deux agents vont de surprise en découverte. Confrontés à ce « nouveau monde », à la fois repoussant et plein d’attraits, quel sera leur choix ? Le combattront-ils à tout prix ou se laisseront-ils séduire ?
Thriller saisissant, Naija éclaire sans concession, par une plongée dans un monde où la morale s’inverse, l’enjeu crucial de notre époque : la valeur et le sens même de la vie

Naija c’est un peu comme Mission Impossible qui aurait rencontré les Avengers sans l’humour.
Les liquidateurs Jacques Salmon et Justine Barcella prennent directement leurs ordres à l’Elysée.
Aucuns moyens, tout pouvoir.
Salmon est un ancien des Services Spéciaux recruté pour créer l’unité Titan. Une unité qui se compose de deux personnes : Lui et sa coéquipière, la précédente ayant eu la fâcheuse idée de se faire tuer il doit « former » Justine. Quelque peu misogyne, misanthrope, il est un exécuteur froid – « quand tu es payé pour fumer des mecs, la compassion est une maladie mortelle »– convaincu d’être le meilleur dans sa catégorie il ne prête aucune attention à ce qui pourrait être une vie privé, sapé comme un clochard il vit dans un cagibi au milieu de ses détritus, râleur, vicieux, il aime qu’on le déteste.
Si ce personnage devait apparaître au cinéma c’est assurément Jean Réno qui tiendrait ce rôle.

Le roman est construit en deux parties, la première permet au lecteur de se familiariser avec TITAN et de suivre la relation qui se construit entre le maître et l’élève, les méthodes d’investigations le plus souvent musclées, les dommages collatéraux et les tenants de cette enquête.
La seconde partie nous emmène au Nigéria, pays ravagé par la corruption et le crime, vendu aux multinationales qui peuvent s’enrichir sans que quiconque y regarde de trop près et dont la sécurité est assurée par une armée privée recrutée sur place.
Ainsi en est-il du groupe pharmaceutique HISTAL dont le vice- président Seymour Silverstone a mis en place une organisation criminelle que Salmon et Barcella doivent démanteler.
La cible est Silverstone qui doit être éliminé.

Thierry BERLANDA n’en est pas à son coup d’essai et nous promets encore de longues heures de lecture puisque NAIJA est le premier volume d’une trilogie qui comprendra : JURONG-ISLAND et CERRO RICO.
C’est très bien fait, haletant, violent, épique et malgré quelques invraisemblances fort utiles à la qualité du récit, on est scotché.
Quand tu parles, je t’entends. Quand tu ne parles pas, je t’entends quand même.
Mais sans doute les personnages ne sont-ils pas toujours tels que nous croyons les voir.

30 SECONDES – Xavier MASSE

30 secondes par Massé

30 secondes…
Les 30 dernières secondes les plus importantes de sa vie.
Les 30 dernières secondes de leur vie.
Les 30 dernières secondes dont il arrive à se souvenir.
30 secondes… c’est le laps de temps qu’il leur a fallu pour avoir cet accident.
30 secondes, c’est le temps dont dispose Billy pour retrouver la femme de sa vie… disparue…

Xavier Massé sème les fausses pistes comme le Petit Poucet ses cailloux pour ne pas se perdre, pour le premier c’est très clairement pour nous perdre et nous entraîner dans la complexité de son récit.
Billy est un jeune joueur très prometteur de football américain à Charlotte – USA, mais Billy est aussi un inconscient qui use et abuse d’alcool et de substances illicites, en compagnie de ses congénères il se comporte comme un enfant gâté à qui on ne peut rien refuser, une star du sport à l’américaine, avec magouilles, grosses sommes d’argent et matchs truqués.
En même temps Billy tue un vagabond sur une route de campagne et devient complice du meurtre d’un policier, il sera victime de deux accidents : l’un sur le terrain avec un clash ultra-violent sur un autre joueur qui le laissera inconscient, l’autre en voiture avec sa compagne au volant qui disparaîtra après l’impact, évaporée, envolée…

Vous suivez toujours ?

Nous voilà donc au chevet de Billy sur son lit d’hôpital entreprenant des séances d’hypnose pour tenter de faire remonter ses souvenirs à la surface, aidé en cela par un neurologue bienveillant sous la surveillance d’un policier taiseux.
La vraisemblance se doit de plier devant le récit.
Alors les séances deviennent un jeu de cache-cache dans un décor imaginaire en trois dimensions et surtout une sorte de salle de cinéma refuge pour Billy dans son inconscient où il peut visionner ses souvenirs.

Ca va toujours ?

C’est sans doute parce que Xavier Massé est à l’écriture ce que Billy est au football, un fougueux qui coure vite avec le talent qu’il faut pour se faire remarquer qu’il parvient à entrainer ses lecteurs dans son imagination débridée, et nous on suit derrière ce joueur de flûte (encore une métaphore pour finir) tel ce troupeau de rat quittant Hamelin.

LE SECRET DES MAGES DU TRIDENT ROUGE – Maurice DACCORD



Qui sont les Mages du Trident Rouge ?

Une secte, une association de disciples un peu fêlés, dont la particularité est de terminer leurs réunions en chantant et dansant sur l’air de La Belle Hélène d’Offenbach… Tous adorateurs de Satan !

Comme ce tueur en série qui signe ses crimes d’une citation latine : Demon est deus inversus, le diable est dieu sens dessus dessous.

Crimes particulièrement odieux et tellement sordides que la presse le surnomme l’Equarrisseur.

Dans une nouvelle enquête, le Commandant Léon Crevette, aidé de son ami Eddy Baccardi, explore l’univers de Mages du Trident Rouge et va traquer l’Equarrisseur.

C’est cruel et drôle à la fois, les personnages sont truculents, c’est bourré de références au cinéma de genre des années 40 ou 50, ou encore aux prémices des séries télé policières qu’on appelait encore feuilletons comme les feuilletons qui paraissaient dans la presse quotidienne, héritage d’un passé littéraire du siècle d’avant et du début de ce XXe.
Mais l’auteur est un contemporain, il n’a pas à composer avec la morale d’outre siècle, de nos jours aucune crainte de finir au piloris si on se hasarde à faire mourir six fillettes de la manière la plus horrible qui soit, le tout baigné dans une ambiance qui bien sûr est tendue mais navigue au sein de copinages francs et émouvants, de décors surranés comme les intérieurs familiaux, les troquets et les convenances qui font que nos personnages sont bien ancrés dans leur monde et leur époque.
Alors ! Pensez ! si le surnaturel vient s’inviter dans la tête de veau ou le boeuf carottes, en plus avec des manières aussi sordides, autant se lancer alors à l’assaut des ventres de Paris pour aller chercher la bête.
C’est un roman parfaitement jouissif, à consommer sans aucune modération.


VA MANGER TES MORTS – Pascal MARTIN

Va manger tes morts par Martin


Elle s’appelle Romane, elle est Gitane. Dans cette brasserie parisienne, elle vient de flinguer un sale type d’une balle en pleine tête. Lui, c’est Rio, il venait juste de prendre sa défense face aux gifles de ce mec. C’est là qu’elle l’a pris en otage, enfin presque… Et que tout a commencé ! Il est enquêteur pour les assurances. Elle, elle se débrouille comme elle peut… Et plutôt bien. Mais quand le temps vire à l’orage, ils décident ensemble de décamper au plus vite… Elle est jeune, belle, insouciante. Elle a la rage de vivre, là, tout de suite… Lui, pour la première fois de sa vie, il n’a plus qu’une envie, exister et la suivre…

Le polar que je mourrais d’envie de lire depuis très longtemps, comme le dit le bandeau de couverture c’est une immense bouffée d’oxygène, simplement parce que c’est un polar qui est écrit avec le coeur et c’est à ça qu’il se remarque et s’apprécie.
Une folle histoire d’amour à travers la violence, le sang et la souffrance mais toujours le sourire lumineux de Romane en avant, son discours tout d’abord incompréhensible qui devient au fil des pages un compagnon dont on ne discerne pas obligatoirement toutes les subtilités mais prend une résonnance musicale indispensable à ce récit.
C’est parfois cruel et parfois drôle.
VA CRIAVE TES MOULOS !

Et oui, on ne peut rien contre le coeur qui bat pour continuer à exister et sans doute se construire une vie différente…avec un tikno par exemple.

Pascal Martin est né en 1952 dans la banlieue sud de Paris. Après une formation en œnologie, il devient journaliste, fonde sa boîte de production et parcourt le monde comme grand reporter. Ses reportages, très remarqués, sont alors diffusés sur toutes les chaînes de TV.n 1984, il réalise un court métrage de fiction, « L’intruse » diffusé par Antenne 2 qui, dès 1986, lui demande l’exclusivité de ses enquêtes pour ses magazines d’actualité : « Le Magazine », « Edition spéciale », « Place publique ». En 1989, il se spécialise dans l’investigation pour une collaboration exclusive de dix ans avec « Envoyé Spécial ». Ses reportages font référence et lui valent de nombreuses récompenses comme le Grand prix des télévisions francophones pour son film sur la révolution roumaine et, en 1992, et le Sept d’or du meilleur reportage pour son enquête sur le Front National : « Front National, la nébuleuse ».En 1995 il crée les « Pisteurs », des personnages de fiction qui reposent sur son expérience de journaliste d’investigation, pour une série de films diffusés sur France 2. Après avoir enseigné quelques années au Centre de formation des journalistes, il développe avec Jacques Cotta une série de documentaires « Dans le secret de… » qui compte aujourd’hui plus de 40 numéros. Il réalise à cette occasion Dans le secret de la prison de Fleury-Mérogis et Dans le secret de la spéculation financière. C’est sur la base de ces deux enquêtes qu’il crée le personnage de Victor Cobus, jeune trader cousu d’or qui se retrouve du jour au lendemain dans l’enfer d’une prison. Pascal Martin s’est toujours inspiré de ses enquêtes journalistiques pour nourrir ses personnages de fiction en les inscrivant dans une dimension sociale et environnementale.(Sources : JigalPresses de la Cité)
Pascal MARTIN - (Credit photo - © Pascal Martin © Stephane Olivier) RIP Monsieur

LA FILLE QUI VOYAIT LE MAL – Ludovic BOUQUIN

La fille qui voyait le mal par Bouquin

Sa capacité à distinguer, malgré elle, la nature profonde des gens qui l’entourent fait d’elle l’arme secrète des différents souverains pontifes depuis 20 ans. Alors que sa sécurité est menacée, une vague de crimes aussi violents qu’inexplicables frappe les grandes villes françaises.
Un tandem composé d’un commandant de la police judiciaire et d’un psychiatre mène l’enquête. De leur rencontre avec la fille qui voyait le mal va naître un improbable trio qui, enrichi de leurs différences et de leur complémentarité, va être mis à rude épreuve pour rester en vie et déjouer le complot fomenté par un ennemi puissant.
Un récit ou l’occultisme s’associe au Vatican pour déjouer le mal et qui va cette fois-ci se mettre au service de la police pour stopper le mal qui se répand partout sur le territoire. Un thriller trépident, un page turner qui ne pourra qu’entraîner le lecteur dans une course contre la montre.

Manifestement Ludovic BOUQUIN aime raconter des histoires, il aime les inventer pour ensuite les « passer » comme dans la tradition orale avec cet aspect jubilatoire de tenir son lecteur en haleine, il a gardé au fond de lui l’enfant qu’il était qui peut encore croire à ces aventures extravagantes au fil conducteur qu’est l’Afrique et sa magie.
Sous couvert d’une appellation douteuse de « thriller ésotérique » nous avons en fait un formidable roman d’aventure – et oui, ce n’est pas un gros mot – comme les aventures de Bob Morane ou de Doc Savage tout comme ses précédents romans. Je pense à « Rémission Spontanée » où la magie africaine pouvait renfermer une révolution scientifique, ici les sortilèges vaudous peuvent sauver le monde d’une apocalypse planifiée par des cerveaux dérangés et cupides. Tout comme Bob Morane affrontait l’Ombre Jaune maître du Mal projetant de régner sur le monde les héros de Ludovic BOUQUIN surfent sur des événements endiablés les entrainant aux quatre coins du monde.
Sauf pour l’ouvrage « Sauce de Pire » où on est plongé dans la marmite d’un polar-culinaire des plus excitant.

Tout ça pour dire qu’il faut avoir garder son âme d’enfant pour pouvoir se plonger dans ce grand bain d’aventure.

POUR SEUL PARDON-Thierry BRUN

Pour seul pardon par Brun

Thomas Asano a trouvé refuge dans une petite ville nichée au pied des Vosges. Ici, la vie y est âpre. Homme à tout faire, il a la réputation d’être travailleur et bon chasseur. Il est surtout décidé à se faire oublier : il a connu Sarajevo et la prison. En liberté conditionnelle, c’est un homme brisé par la culpabilité qui tente de se reconstruire. Son seul souhait, ne plus laisser la violence le submerger. Une vie simple au plus près des forêts, en harmonie avec la nature, traquer le sanglier, faire l’amour à Élise, la fille du patron. Mais, chaque jour il envoie des messages à la femme qui l’a quitté. Celle qui le visite dans ses rêves, celle à qui il parle encore quand les nuits sont trop longues. Pourtant quand le père d’Élise se retrouve en possession d’une livraison de cocaïne qui ne lui est pas destinée, le passé d’Asano le rattrape. Cet homme simple et discret n’a désormais plus le choix. Il redevient ce qu’il n’a cessé d’être : un homme de guerre. C’est le prix à payer pour protéger Élise

Un roman noir ancré dans une ruralité brutale, un coin perdu dans les Vosges quoi de mieux pour vivre une conditionnelle en se faisant oublier. Mais c’est sans compter sur l’appat du gain des petits notables de la ville, entrepreneurs croulant sous les dettes, bouffés de tous côtés par l’inexorable avancé du gros entreprenariat, par l’urbanisme ravageur qui se profile entrainant avec lui la délinquance la plus violente et ce n’est pas ce qu’il fallait à Thomas Asano ployant sous la charge de son passé de guerrier, animé toujours par son instinct de chasseur.

Je me suis retrouvé dans le monde cinématographique de Robert ENRICO, tout particulièrement le film « Les Grandes Gueules », ce que les critiques de l’époque qualifiait de « film d’hommes » avec les quelques poncifs du genre comme le code d’honneur et sa trahison, la parole donnée, la rugosité de ces hommes car n’en déplaise aux gauchos-féminos-genrés ou pas, ce cinéma était un style à part entière, on allait voir un film de Robert Enrico pour assister au combat de personnages masculins dans la sueur et le sang au sein d’une société en pleine transformation.

Polar noir et social le livre de Thierry BRUN est un hommage à ce style qui a fait les beaux jours du cinéma et qui continuera à faire les beaux jours de la littérature avec des auteurs aussi talentueux.

LA MEDEE – Benoît CHAVANEAU

La Médée par Chavaneau

… Madame Lucienne remplit son cahier et la Médée s’ébranla.
La péniche franchirait plusieurs centaines d’écluses entre les Flandres et le Canal du Midi et, à chaque fois, de façon rituelle, l’homme cacherait l’enfant. Du moins sur le trajet aller.
Car, au retour, l’enfant ne serait plus là …
Nous sommes dans les années 60.

De nombreuses disparitions d’enfants non élucidées ont lieu dans les Flandres mais aussi en Belgique et au Pays-Bas.
Deux corps sont découverts dans des sacs jetés dans un canal.
Maurice Morge, inspecteur austère et solitaire de la P.J. de Lille, débarque alors dans le petit village de Wailly afin d’y mener des investigations après une enquête malheureusement bâclée par les gendarmes.
Aidé par George Bellamy, un journaliste dandy et fantasque, va-t-il pouvoir retrou­ver l’assassin ?

Une enquête riche en rebondissements commence.
Nous baignons, ici, dans le monde des mariniers, sur les canaux du Nord, de l’Est de la France, de la Belgique et puis il y a Vermeer et la Médée !
Benoît Chavaneau est né à Roubaix en 1958 et d’emblée il s’imprègne de cette terre noire des
Flandres, de ses carillons et de ses canaux brumeux. Très tôt, il conçoit l’écriture comme un ouvrage de den­telle entre silences et mots.
C’est en écoutant « La Chanson de l’éclusier» de Brel, chez une amie, que naît l’idée de « La Médée », une histoire de marinier, d’enfants perdus et de canaux brumeux.

« Dans ce roman, j’étais obsédé par le rythme, par le style, par cette ambiance flamande, mouillée de brume et de pluie froide. Un bon roman, c’est moins une histoire que la manière de la raconter, enfin je crois. »
La Médée est finaliste du Prix du Sablier d’Or du meilleur manuscrit.

Complexe de Médée: (Psychanalyse) Complexe se manifestant chez les femmes/les hommes qui cherchent à punir leur mari/épouse en s’en prenant à leurs enfants
L’appelation trouve ses origines dans le nom du personnage mythologique de Médée, qui selon une version répandue du mythe aurait tué ses enfants par vengeance envers son mari, Jason, qui l’a répudiée en faveur d’une autre femme.

Le sacrifice des enfants est au centre de ce roman, non seulement La Médée charrie son lot de cadavres à travers les canaux mais l’inspecteur Morge, austère personnage sacrifie lui aussi sa vie de famille et son rôle de père pour cette enquête.
La question se pause : la péniche se nourrit-elle des enfants, Vermeer le batelier est-il un ogre dévoreur d’enfants ?
Bien sûr l’atmosphère ambiante nous emmène directement du côté de Simenon, le cadre géographique, la grisaille, les personnages taiseux ou encore extravagant comme le journaliste Bellamy. Mais bien au- delà du roman policier, j’ai lu un roman frôlant le fantastique et flirtant avec Jean RAY, apologie du sacrifice et de l’inexorable conduisant à une rencontre « amoureuse » habitée de non-dits et d’acceptation d’une règle érigée comme un aveu de monstruosité, un lien indéfectible.

Superbe roman noir, magnifiquement écrit par un auteur qui sait plus que quiconque marier les mots et leur donner cette musicalité que l’on retrouve dans d’autres de ses romans.

Cet ouvrage est sélectionné pour le Prix Dora-Suarez 2022.

TRANSACTION – Christian GUILLERME

Transaction par Guillerme

Un site de petites annonces en ligne comme il en existe des dizaines.
L’arnaque de trois amis, noyée parmi des milliers de bonnes affaires.
Un individu dangereux qui sommeille au milieu des acheteurs potentiels.
Quelle était la probabilité qu’ils se croisent ?
Transaction… l’engrenage fatal est enclenché 

On commence le roman par la fin et c’est une stratégie de construction à haut risque, avec un prologue lourd de menaces, nous voilà plongé dans une poursuite anxiogène où la vie perd son sens.
En effet, qu’est-ce qu’une petite arnaque dans le système d’achats et ventes en ligne avec même pas une grosse somme à la clef, refiler du matériel défectueux, une caméra, à un pigeon comme soi-même déjà pigeonner en amont.
Sauf que c’est sans compter sur le fait que le monde n’est pas peuplé que de gogos. Il peut aussi cacher en son sein des individus en rage permanente tels des bêtes sauvages.
Et c’est à l’un d’eux que les trois petits arnaqueurs devront faire face, ou plutôt devant qui ils devront fuir car il est certain que la dette se paiera dans le sang et un maximum de souffrances.

Les chapitres sont très courts, ce qui contribue à accentuer le rythme des événements sans pour autant omettre de s’attarder sur la psychologie de chacun des personnages, leur intimité y compris « l’acheteur » terrifiant à souhait englué dans une solitude impénétrable et un narcissisme surdimensionné.
Autant dire que c’est un livre qu’on lit d’une traite et qui est sacrément bien ficelé.

UN AUTEL RUE DE LA PAIX – Florence RHODES

Un autel rue de la Paix par Rhodes

Pas de congé paternité pour le commandant Hamelin: Au cours d´un été caniculaire, il se lance aux trousses d´un tueur en série qui sévit aux adresses du plateau du jeu de Monopoly. Rue de Vaugirard, boulevard de la Villette, avenue Mozart, le compteur tourne, les cadavres s´empilent, et Abel Hamelin a la sensation oppressante que ce meurtrier, qui conserve toujours quelques cases d´avance, connaît tout de son passé, de ses fêlures et du secret familial qui le ronge. Dès lors, identifier l´assassin avant la rue de la Paix, en évitant lui-même la case prison, devient l´enjeu d´une partie où Hamelin a plus encore à perdre que la liberté, la vie ou la raison.

Nous avions remarqué avec beaucoup d’attention le premier roman de Florence RHODES : La Confrérie des Louves Prix DORA-SUAREZ du Premier roman, c’est donc avec beaucoup d’impatience que j’attendais de lire son nouvel opus et je n’ai pas été déçu.
Hamelin revient avec son équipe pour notre plus grand plaisir, Hamelin avec son intransigeance syntaxique qui le caractérise, ses zones d’ombre et là, peut-être plus encore que dans le précédent roman, ses failles, ses blessures jamais cicatrisées. Sans doute celles-ci apparaissent plus flagrantes car il doit affronter un assassin qui connaît tout de lui, capable d’endosser plusieurs personnalités et dont le seul but est d’atteindre Hamelin au plus profond de sa chair.
Nous assistons à une partie de Monopoly « in vivo » dont chaque étape est une mort assurée, sans pour autant savoir comment l’assassin déplace « son pion ».

Connaissant les références de Florence RHODES parmi les classiques du roman policier je n’ai pu m’empêcher d’épingler ABC MURDER d’Agatha CHRISTIE, roman dans lequel Hercule Poirot affronte un assassin dont le jeu macabre consiste à tuer par ordre alphabétique, laissant derrière lui un indicateur de chemin de fer ouvert à la page de la ville où sera commis son prochain meurtre.

Le récit est parfaitement orchestré, l’intrigue et son dénouement sont surprenants à souhaits, ce qui comble nos espérances. La toute dernière partie très justement intitulé coup de sang achève de nous mettre KO.

UNE HEROÏNE STUPEFIANTE – Didier ESPOSITO

« Il y a des jours comme cela, où dès les premiers instants, les éléments vous font comprendre que la journée sera différente. Des petits riens dès le matin. » C’est ce que se dit David Cartier en prenant son poste, aux « stups » de Saint-Étienne. Et en effet, une sale affaire attend son équipe ce jour-là : de l’héroïne en ville, ce n’est pas nouveau. Mais une héroïne qui sème la mort, plus que d’habitude pour ainsi dire, c’est nouveau. Il va falloir aller vite, très vite pour stopper l’hémorragie. D’autant plus que les dealers eux-mêmes semblent ne pas maîtriser la situation ni comprendre ce qui se passe.

Il n’y a jamais de différence fondamentale entre l’histoire ancienne et l’actualité. Il n’y a que des variations sur un même thème. Hubert SELBY Jr

« Son périmètre de vie s’étirait finalement de la place Jean Moulin à la place de l’Hôtel de ville, de la rue Salengro au Crêt de Roc. Quelques centaines de mètres carrés dont la couleur des trottoirs n avait plus de secret pour elle. Depuis deux ans déjà ses yeux balayaient le sol plutôt que l’horizon. Préférant les égouts aux gargouilles des cimes, les bas-fonds aux sommets, les secrets que dévoilaient les façades des vieux immeubles du centre-ville lui étaient inconnus. Toute sa vie depuis deux ans. » Didier ESPOSITO

Un étrange roman à deux faces.
L’enquête de la Brigade des stups avec son lot de paperasseries, autorisations diverses et variées du Parquet, planques interminables, auditions souvent stériles un oeil sur la montre et l’autre cherchant à capter le regard toujours fuyant du gardé à vue, les convocations chez le juge d’instruction, l’attente de l’avocat commis d’office pour entamer l’interrogatoire, la gestion de la stagiaire gardien de la paix qui disparaît à tous moments sans crier gare.

La vie au quotidien de bandes de junkies et SDF, démolis à l’alcool et à l’héroïne, sans autres espérances le matin que de rester en vie un jour de plus et trouver les doses nécessaires pour y arriver quoi qu’il en coûte, dénoncer les compagnons de galère, voler, mentir, se battre, s’avachir pour ne se relever que pour mendier ou aller se « faire une trace » sous une porte cochère à l’abri des regards, surtout ceux des autres junkies qui pourraient tout aussi bien te détrousser avec violence de ton précieux sésame pour quelques instants de répits artificiels, tel une meute se convoitant une charogne.
Au milieu de ce petit monde naviguent les dealers, particulièrement un : Mourad dont toutes les combines reposent sur sa relation internet avec la mystérieuse JustMoney42, adresse ultra sécurisée qui lui prodigue les conseils utiles pour échapper à la Police.
Et tout autour, comme une danse macabre, les victimes d’une drogue ultrapure tombent comme des mouches.
C’est donc cette deuxième face qui m’a expédié dans un voyage dans le temps à la recherche de la « Last Exit to Brooklyn » de Hubert SELBY Jr.

À sa sortie, Allen Ginsberg prédit que l’ouvrage allait « exploser sur l’Amérique comme une bombe infernale qu’on lirait encore cent ans après. »

Le livre remporte un succès immédiat puisqu’il se vend à près de deux millions d’exemplaires, mais il vaut à son auteur un procès pour obscénité.

Il comporte six parties distinctes témoignant du désœuvrement dans l’arrondissement de Brooklyn à New York , alcool, sexe et violence sont omniprésents. On suit tour à tour un groupe de gros durs qui aiment frapper les marins et les homosexuels, un travesti amoureux et ses amis, la vie d’une prostituée aux seins hors du commun, etc.

L’auteur le résume ainsi : « Quand j’ai publié Last Exit to Brooklyn, on m’a demandé de le décrire. Je n’avais pas réfléchi à la question et les mots qui me sont venus sont : « les horreurs d’une vie sans amour ». »
Paru en 1964 ce roman sera adapté au cinéma en 1989 par Uli EDEL avec Jennifer Jason LEIGH et une apparition de Hubert SELBY lui même.

Si ce livre fut un choc, un séisme d’écriture pour moi et je pense des milliers d’autres lecteurs, Une Héroïne stupéfiante est ce qui s’en rapproche le plus hors le langage obscène et le cutting de l’écriture propre à cette génération des années 60 qui mettait l’expérimentation avant tout.


L’OMBRE DE LA NUIT – Marco PIANELLI

L’ombre de la nuit par Pianelli

Il fait nuit. Paco Sabian marche sur une route d’Ardèche. Il pleut, le froid s’immisce et glace ses os, la lune n’est pas prête à céder sa place. Une voiture s’arrête à cette heure incongrue. Une femme seule au volant. Une mère qui retrace le chemin sur lequel son fils a disparu il y a tout juste cinq ans. Depuis, plus rien. Paco, est un ténébreux, un taiseux qui traîne la fatalité, comme d’autres leur ombre. Qui est-il ? Pourquoi est-il là ? Dans son costume de vagabond, il semble poursuivre un but connu de lui seul. Et quand sur son parcours, il croise le Mal, il ne se détourne pas, il ne ferme pas les yeux. Il fait face et l’affronte. Finalement peu importe son nom et pourquoi il passait par là. Paco prend la forme du destin, le dernier recours de ceux qui, sans lui, n’avaient aucune chance d’obtenir justice.

Ceci n’est pas un polar.
Ceci n’est pas un western.

Et pourtant tous les codes des genres précités sont bien au RV : le héros solitaire marchant dans la nuit vers une destination inconnue, la rencontre avec une jolie femme à la recherche de son fils disparu, la confrontation musclé avec des malfrats du coin, le bled paumé et se dessine à grand renfort de castagne le personnage de Paco Sabian, venu de nulle part, expert en combat rapproché, dur à la douleur, un sens de l’observation des hommes et de leur environnement qui lui donne presque à chaque fois un coup anticipé contre un gang sur-armé de mercenaires.
Il est tout sauf un loser, mais il est qui ? A part un justicier qui passait par là sur une route fouettée
par les vents et la pluie.

Paco Sabian c’est Clint Eastwood croisé avec Jean-Claude Van Dame.
Mathis est le shérif et les méchants sont la Horde sauvage.

Beaucoup de second degré dans ce roman, de clins d’oeil, des allusions non dissimulées à certains films, comme celle de l’homme à l’harmonica.
Une violence en tension comme si elle était filmé par un John Woo ou Sergio Leone.
Un livre à dévorer d’une traite, sans entr’acte ni pause esquimaux, plutôt les bières dans la glacière posée à côté de soi.


Des profondeurs, je crie vers toi – Sébastien JULLIAN

Des profondeurs je crie vers toi par Jullian

Andy, un jeune garçon de dix ans, tente de tracer son chemin aux côtés de sa mère Sarah, et Mouchy, voisine complice qui veille sagement sur eux. Un beau tableau de famille, s’il n’y avait la présence de Fred, un beau-père alcoolique, drogué et narcissique, qui leur fait vivre un enfer. Un matin d’hiver, un drame se produit et Andy plonge dans un coma indécis.
C’est là que tout débute…
Y a-t-il un lien avec les affaires de Patrice et Esther, deux enfants qui ont vécu des expériences similaires il y a presque cinquante ans ? Qui est ce mystérieux voisin qui emménage dans une propriété énigmatique peu après cet accident ?

Si Dieu peut entendre nos prières, le Diable peut-il y répondre ?

Beaucoup de violence dans ce roman. D’abord la violence d’un homme vis à vis de sa famille, la brutalité d’un père, d’un mari, l’alcool, les coups, les viols, les insultes, bienvenu en enfer, l’enfer conjugal d’une petite vie étriquée faite de répétitions quotidiennes, comme un mécanisme pesant qu’on arrive pas à enrayer…mais d’un coup la machine se casse : tentative de meurtre, violence exacerbée, disparition…
C’est le moment que choisit l’auteur pour distiller lentement sa touche de fantastique, en faisant appel au passé et en croisant celui-ci avec le présent, un voisin qui emménage et toujours les aboiements des chiens, les apparitions de Gruber, de Mouchy avec son fusil, Patrice toujours là où on ne l’attend pas ou plutôt au moment où…sur le pas de sa porte ne cessant de donner du « voisin » tel un leitmotiv à Fred.
Cette incursion dans des faits inexpliqués est comme un poison qui ne fait qu’accentuer la démence haineuse de Fred, comme dans « Le Locataire » de Polanski ou « Le Tour d’Ecrou » de Henry James : fantômes, hallucinations, délire…

Cet ouvrage est sélectionné pour le Prix DORA-SUAREZ 2022

LES JUMEAUX DE L’ENFER – Antoine LEGER

Les jumeaux de l'enfer par Léger

Résumé : Un soir de réveillon, des destins vont se croiser. Des hommes, des femmes aux yeux pétillants prêts à basculer vers la nouvelle année avec des résolutions pleins la tête. Théo, Nicolas, Rachel, Lucas, Aurélie, Michel, Cathy, Sara : tous déterminés à réussir leur objectif. Au milieu de la nuit, une évasion dans la prison de Muret. L’évènement bouscule la fête, change les plans. Les fauves sont lâchés. Alerte maximale. Les évadés ont un pacte secret. Le commissaire Cédric Clark et son équipe s’emparent de l’enquête. Il faut faire vite. Le compte à rebours est lancé. Les empêcher de s’infiltrer dans les soirées. Où se cachent-ils ? Qui vont-ils rejoindre ? Comment arrêter cette escalade mortelle ? Qui résistera ? Qui les stoppera ? Entre bulles de champagne, jeux morbides et notes de musique, les souvenirs du pire commando de l’Histoire vont resurgir. Sortirez-vous vivants… des griffes des jumeaux de l’enfer ? Une seule chose est certaine. Au final, ce livre explosera… entre vos mains !

Un roman qui file à 2000 à l’heure, chaque chapitre ne fait jamais plus de 4 pages recto-verso, l’auteur va à l’essentiel, une écriture directe, un roman en trois parties pour 156 pages.
Ce roman est une machine à démolir, pas d’humour (parfois du grotesque tragique), pas de répit, la violence à l’état brut ne s’apaise que pour laisser apparaître la folie. De nombreuses références et métaphores dont celle des deux chambres où sont enfermés les protagoniste selon leur sexe comme dans les wagons de déportation nazis, référence aux huit clos cinématographiques, je pense bien sûr à CROSS de Philippe SETBON.
Et surtout ce personnage qui s’invite en plein milieu du récit : l’Histoire ! Car pourquoi Montauban
? Parce que cette ville de funeste mémoire a reçu en son sein la plus cruelle et la plus dévastatrice division militaire nazi : la division « DAS REICH ».
Le récit s’éclaire ou s’obscurcit, c’est selon, mais on apprend enfin que le hasard n’y est pour rien, que les victimes sont de parfaits innocents (quoique) qui sont là au plus mauvais moment de leur existence : le passage à l’année suivante, la St Sylvestre, le réveillon du jour de l’an, la « bascule »
comme on dit.
Et tout va basculer, la violence, la haine et la folie sont les invitées inattendues. La surprise du nouvel an, le feu d’artifice n’en sera que plus majestueux.
Lecture d’une traite, KO assis.

LE CREPUSCULE DES ELEPHANTS – Guillaume RAMEZI

Le crépuscule des éléphants par Ramezi

Au Gabon, le danger est omniprésent. Des meurtres atroces ont été commis… Andreas ne se fie pas aux autorités locales corrompues jusqu’à la moelle.

Lorsque Camille, lieutenant de police à Paris, reçoit son appel de détresse, elle n’hésite pas à se mettre en danger pour le rejoindre. La jeune femme va se retrouver au coeur d’un trafic d’ivoire international qui ne laisse aucune chance aux éléphants et leurs défenseurs.

A qui profite réellement ce commerce ? Qui en tire les ficelles ? A qui peut-on réellement se fier ?

Guillaume Ramezi met en lumière un commerce illégal et pourtant toujours d’actualité dans un polar à la fois angoissant et touchant.

Si nous faisions un jeu de rôle ?
Qui de nous n’a jamais imaginé gagner un maximum d’argent en trahissant sa fonction au sein de la société ?
Qui de nous n’a jamais imaginé découvrir un jour que grâce à cette fonction tout pouvait être « oublié » ?
Qui de nous pourrait-être un vrai salaud mais un « tout petit salaud » dans ce monde qui l’entoure ?

Participer en temps que membre actif, cadre, au sein d’une ONG, c’est baigner dans un flou administratif à la fois insurmontable et particulièrement protecteur pour quelqu’un qui souhaite en faire un business en marge, la communication est rarement très bonne avec les instances sensées régir ces institutions sur le terrain.

Sur le terrain : la brousse, les zones protégées pour les animaux et notamment les éléphants, gardées par des rangers, des autochtones qui gagnent leur vie au péril de la leur face à des braconniers ultra-armés que peut-être ils rejoindront un jour, tout se fait et se défait au rythme de l’offre et de la demande.
Les animaux ont le droit de vivre et les hommes aussi. C’est pourquoi la Chine principale organisatrice du braconnage des éléphants et du trafic d’ivoire peut permettre de lancer à la tête des dirigeants du Gabon  » si tu t’occupais de ton pays nous ne pourrions pas l’anéantir »

Ce roman est un manifeste mais aussi un drame humain, avec ses personnages, particulièrement les « seconds rôles », attachants au possible et porteur d’un espoir qu’on voudrait salvateur.
Mais aux dernières nouvelles du Gabon, on n’est pas sorti des ronces.
Bien que la nature se défende, au mépris du naturel et du cycle…des éléphants naissent sans cornes, donc sans ivoire, de quoi mettre fin au traffic sans pour autant assurer la survie de l’espèce face à ses prédateurs.

LES OUBLIES DE DIEU – Ludovic LANCIEN

Les oubliés de Dieu  par Lancien

Un médecin généraliste est retrouvé massacré dans son cabinet aux Lilas, près de Paris. Son corps a fait l’objet d’un véritable carnage.
Très vite, l’enquête dévoile sa double vie et son intérêt morbide pour la tératologie : l’étude des ces hommes et femmes que l’on qualifie abruptement de « monstres ».

Ceux dont l’existence même fut jadis considérée comme une preuve de celle du diable.
Ceux que le régime nazi a cherché à éradiquer à travers des campagnes d’extermination longtemps tenues secrètes.

Ceux que l’on nomme parfois les « oubliés de Dieu ».
Chargé de l’enquête, le capitaine Gabriel Darui va recevoir un appel d’un homme qu’il s’était juré de ne jamais revoir. Un homme qui connaît ses secrets les plus troubles. Un homme qui, à l’instar du médecin assassiné, a frayé avec ce que l’humanité a de plus sombre. Un homme qui sait que toutes les leçons du passé n’ont pas été retenues et que, comme Darui va le découvrir, l’horreur se conjugue aussi au présent

GNADENTOD ou AKTION T4

L’aktion T4, appelé aussi «programme d’euthanasie» est un véritable protocole d’élimination des handicapés physiques et mentaux mis en œuvre dès 1939 à la demande expresse d’Adolph Hitler. Pour qualifier cette entreprise, le führer employa lui aussi un mot plus doux, celui de «gnadentod» qui peut se traduire par «mort infligée par pitié» ou «mort miséricordieuse». Loin de ne concerner que les assassinats par le moyen des chambres à gaz, de nombreux auteurs y incluent l’élimination des malades mentaux par des injections médicamenteuses létales et d’autres méthodes. Ces opérations étaient effectuées sans avertir les proches des patients concernés. L’Etat nazi voyait ces personnes comme une charge pour la société n’ayant aucune utilité pour la nation. Les personnes à exterminer étaient sélectionnées par les médecins et répartis en trois groupes: celles souffrant de maladie psychologique, de sénilité, ou de paralysie incurable; celles hospitalisées depuis au moins cinq ans ; et enfin celles internées comme aliénés criminels, les étrangers et celles qui étaient visées par la législation raciste nationale-socialiste. Ce programme de mise à mort préfigurait l’extermination systématique des Juifs mise en œuvre à partir de 1942. Lors du procès de Nuremberg (1945- 1946), le nombre de 275 000 victimes fut retenu.L’aktion T4, appelé aussi « programme d’euthanasie » est un véritable protocole d’élimination des handicapés physiques et mentaux mis en œuvre dès 1939 à la demande expresse d’Adolph Hitler. Pour qualifier cette entreprise, le führer employa lui aussi un mot plus doux, celui de « gnadentod » qui peut se traduire par « mort infligée par pitié » ou « mort miséricordieuse ».

Il faut aussi rappeler que le Vatican s’était élevé contre les pratiques du régime nazi, en affirmant, dans une communication du 2 décembre 1940, qu’ «il est interdit de tuer, sur ordre de l’autorité publique, des personnes […] qui du seul fait d’une infirmité psychique ou physique, ne peuvent plus être utiles à la nation». Les nazis combattirent ce qu’ils considéraient comme une compassion chrétienne excessive pour les plus faibles plutôt que de s’occuper de la santé du corps national. Ils rejetaient ainsi le principe de charité selon lequel on se soit de soigner tous les malades jusqu’à leur mort.

JOSEPH BENOÎT COTTOLENGO saint (1786-1842)

Prêtre italien, né à Bra (Piémont), mort à Chieri, fondateur d’un grand hôpital turinois et de divers instituts religieux qui poursuivent en Italie son action charitable. Cottolengo est ordonné prêtre à Turin le 8 juin 1811. Après quelques années de ministère rural, puis d’études théologiques, il décide de se consacrer au service des infirmes et des malades les plus déshérités. En 1828, il ouvre un minuscule hôpital de quatre lits, la Piccola Casa. Une veuve, Maria Nasi, fonde avec lui une société de Filles de la Charité pour le soin des malades. En 1831, le choléra se déclare à Turin, et la Piccola Casa, dénoncée comme un foyer d’infection, est fermée sur ordre de l’autorité civile. Cottolengo recommence immédiatement son œuvre au nord-ouest de la ville, au Valdocco, où il n’y a alors que des terrains vagues. La Petite Maison de la Divine Providence devient bientôt une grande cité hospitalière. Pour en assurer le service, Cottolengo met peu à peu sur pied diverses équipes de religieuses et fonde deux congrégations masculines, les prêtres de la Petite Maison de la Divine Providence et les frères de Saint-Vincent-de-Paul ; il y ajoute une œuvre pour les aspirants au sacerdoce, les Tommasini.

Cette histoire a l’allure d’un perpétuel miracle ; Cottolengo, qui attendait tout de la Providence, gérait son immense hôpital sans avoir de ressources stables, le surplus non utilisé des dons quotidiens étant redistribué aux pauvres chaque soir.

La cité de Cottolengo occupe aujourd’hui tout un quartier de Turin. Plus de huit mille personnes, infirmes, malades, orphelins, handicapés de toute espèce, y sont soignés, assistés, instruits, éduqués par plusieurs centaines de religieux et de religieuses. Il existe, en Italie, près d’une centaine d’instituts Cottolengo pour le soin des malades mentaux, des épileptiques et des infirmes.

Saint Joseph Benoît Cottolengo a été canonisé le 19 mars 1934.

La Piccola Casa della Divina Provvidenza | Cottolengo | TorinoMagazine
Le «Cottolengo», une œuvre sociale aux mains de la Providence – Portail  catholique suisse

https://fr.wikipedia.org/wiki/T%C3%A9ratologie : TERATOLOGIE

Ce roman est saisissant, fascinant et bien sûr passionnant.
Il a été sélectionné pour le Prix Dora-Suarez 2021 et ce fut un crève-coeur pour moi que le jury ne l’ait pas retenu.

Cet ouvrage est une mine de documentation alliée à une combinaison romanesque visant à nous faire sentir que l’horreur est bien souvent à portée de main, à notre porte, dans notre entourage ou même encore, parfois, bien tapie à l’intérieur de nous, comme ces expériences traumatisantes vécues par Gabriel dans ses « dark-travel ».

Ludovic LANCIEN est un auteur à suivre, un « grand » en devenir.

FUCKING MELODY – Noël SISINNI

Fucking Melody par Sisinni

Fiorella, quinze ans est soignée dans une clinique depuis longtemps. Fiorella vient d’apprendre qu’elle est plus gravement atteinte que ce qu’elle croyait. Dotée d’une imagination sans fin, elle s‘invente des passés et son présent, ne pensant pas à l’avenir. Elle a fait la connaissance de Soline, musicienne et clown qui intervient dans l’établissement. Puis de Boris, le compagnon de Soline, bédéiste qui trouve en Fiorella l’un de ses personnages. Fiorella tombe amoureuse de Boris et décide de s’enfuir avec lui, même contre son gré.
Une saloperie dans la moelle épinière…Alors, il lui faut vivre, vivre passionnément et vite…Et comme toutes filles de son âge, elle veut connaître l’amour. Boris : un coup de foudre pour elle.
Fiorella n’hésitera pas à éliminer tout ce qui se met en travers de son chemin, un rouleau compresseur à leur poursuite. Mais plus ils avancent vers l’ouest, plus l’horizon s’obscurcit…
Alors « elle va, le crabe dans une poche, un flingue dans l’autre, elle va… »

Il faut oser cette plongée dans le noir, immerger le spectateur sans plus attendre dans une histoire qui ne peut se terminer que dans la mort.
Une étrange sarabande se joue autour de Fiorella, un cercle avec peu d’acteurs et une économie de moyens, comme une économie de mots aux travers desquels surgit un trait de poésie désenchanté…poésie parfois, désenchanté toujours…
Le lecteur, moi en l’occurence, s’en prend plein la gueule dès la première page, sonné mais jamais sauvé par le gong, impossible de faire une pause dans cette course à la mort et à l’amour, un peu comme si le fait de fermer le livre pour quelques instants allait provoquer ce qu’on redoute le plus, Fiorella pourrait mourir sans moi.
Pour un livre qui traite d’un destin funeste, on s’attache passionnément à ce trio, on les aime, on aime Fiorella, la menteuse, la fugueuse, la manipulatrice qui tente désespérément de tordre sa vie dans tous les sens pour y donner un sens. Elle, ce petit bout de femme qui veut aimer et être aimé avant de mourir demain, peut être, ou la semaine prochaine.
Même si l’auteur s’autorise quelques saillies humoristiques, car bien sûr la petite a quinze ans et elle n’a pas sa langue dans sa poche, on n’arrive pas à s’autoriser à respirer, ne pas trahir la gravité du moment, il y a déjà suffisamment d’impuissance sans en plus rajouter la culpabilité.
Vous l’aurez compris, c’est encore une fois une perle, une pépite du roman noir que nous propose JIGAL POLAR.

GADJO FAREL – André BLANC

Gadjo Farel par Blanc

L’assassinat d’un ancien patti issu de la communauté yéniche devenu un industriel en vue va entraîner le commandant Farel de la BRB dans un maelström international où des personnages inattendus vont faire surgir les aspects les plus sombres de la nature humaine : officier militaire, manouche, chaman, ministre en exercice, avocat international, mafieux de l’Est… Comme dans la tragédie grecque, la fatalité accablera les hommes, les habitera et les détruira.
Personne ne sera épargné, pas même les héros qui devront payer le prix fort. Prévarications, trahisons, meurtres, attentats, c’est dans ce climat de guerre que Farel va être touché au plus profond de sa chair !

Il y a deux auteurs lyonnais que j’affectionne particulièrement dans la catégorie « Polar », ce sont Jacques MORIZE et André BLANC, non parce qu’ils sont lyonnais mais parce que la toile de fond de leurs polars est la ville de Lyon et que je m’y retrouve comme chez moi.
Mais foin de chauvinisme provinciale !

André BLANC sculpte des polars musclés ancrés dans les méandres des malversations politiques, des engrenages économiques malsains.
Un peu à la manière d’un Olivier Marchal, il scrute ce qu’il y a de plus dégueulasse dans les rouages de notre société et attention c’est une mine et aussi un terrain miné.
Ici, pas de remords, et encore moins d’humour, tout est excessivement sérieux, il y a mort d’homme, et dans chacun de ses romans la fatuité l’emporte sur la vie humaine. Préserver son statut, sa fortune, sa réputation de grand bandit ou d’édile exemplaire et c’est à ce prix qu’il y a des hommes qui tombent, Farel en fera la douloureuse expérience (moi aussi puisque je n’ai pas pardonné à André d’avoir fait disparaître un de ses personnages).

Un dernier mot pour la fin : lisez la collection Farel, tous chez JIGAL, mais lisez les dans l’ordre de parution vous en aurez encore plus de satisfaction.

TABLEAU NOIR DU MALHEUR – Jérémy BOUQUIN

Couv tableau noir du malheur

A la suite d’un drame familial, Céline, professeur des écoles, débarque dans une nouvelle ville. Seule avec son ado de fils et son chien, sa vie est devenue un combat, contre son passé, contre les pressions familiales.
Pourtant elle s’accroche, sa planche de salut ? Son travail. Ce fameux « pari éducabilité » qui la fait tenir. Son métier prend la dimension d’une mission.
Dans ce quartier populaire des Murailles, la tâche est immense.
Sa classe, ses nouveaux élèves, des « grands » de Cours moyen, sont frappés par le déterminisme social et l’échec scolaire.
Puis il y a ce gosse étrange, Gary.

Ce roman est un gouffre, un gouffre pour le lecteur qui va vivre une expérience étouffante, un gouffre dans lequel rentre une enseignante déjà fragilisée par sa vie personnelle et qui devra s’affronter à une chute vertigineuse : perte de ses repères, de son éthique, la confrontation de l’humanité et de la sauvagerie…mais y a-t-il encore une once d’humanité dans ces zones dévastées par la catastrophe sociale envahissante, la paupérisation, la haine fruit de la rancoeur, la paranoïa qui s’installe face au déni des instances politiques.
Ce roman est comme une bombe, un condensé de tristesse et de violence sous-jascente, ça va pêter mais quand et comment ?
C’est noir de chez noir, l’auteur comme à son habitude va droit au but, une écriture précise, aucuns détours, une claque dans la gueule presqu’à chaque page pour aboutir à la fin à un KO debout.
J’ai cru mourir étouffé et l’éclat de violence à la fin du roman est salvateur mais on ne peut pas le cautionner, il y a comme un sursaut de morale qui voudrait que nous le condamnions, alors que c’est là que j’ai repris mon souffle car enfin un auteur parlait de ce que j’ai parfois désirer de faire dans des situations extrêmes et de toute ma honte d’avoir eu cette envahissement, car il « fallait » bien assumer les « difficultés », j’avais choisi mon métier, mais pas choisi que ma structure professionnelle m’abandonne.

Ce roman c’est un « retourne-tête ».

ET PUIS MOURIR – Jean-Luc BIZIEN

Et puis mourir par Bizien

Plusieurs samedis d’affilée, alors que tous les services de police de France sont mobilisés par les manifestations des gilets jaunes, de meurtres sont commis dans les beaux quartiers de Paris. Cela pourrait être l’œuvre d’un déséquilibré qui aurait poussé jusqu’à la vengeance les revendications de justice sociale, mais le commandant Jean-Yves Le Guen n’y croit pas.
Avec son adjoint, le capitaine Patriziu Agostini, ils jouent contre la montre. Car l’idée d’un « meurtrier gilet jaune » menace de faire l’objet de récupérations politiques qui ne feraient qu’empirer la situation – et le prochain samedi de protestations se rapproche …

Un polar d’actualité mêlant revendications sociales et vengeance personnelle – sur fond de Paris en état d’urgence

Tout d’abord deux choses : le véritable personnage principal c’est Adeline, ce qui explique mon choix d’illustration musicale, c’est elle qui est au centre de tout et qui après avoir lutté contre la folie, avoir subie la barbarie, a baissé les bras, appuyé son front à la fenêtre, les yeux pleins de larmes pour contempler un ciel d’hiver qui ne laissera plus jamais passer le soleil.
Gabriel au nom prédestiné est l’archange vengeur qui lui aussi, son oeuvre achevée regardera par la fenêtre dans la même direction qu’Adeline.

L’intrigue policière est pour moi un argument de roman, le contexte social un alibi pour justifier que Gabriel ne tombe pas dans les filets de la police. Tout ceci est une articulation du récit.
Moi, je me suis posé la question du pourquoi, pas du comment j’ai donc préférer suivre Gabriel que Le Guen, j’ai donc préférer ressentir l’émoi à chaque visite de Gabriel à Adeline qu’à la progression d’une enquête sur fond de troubles sociaux.

Comme d’habitude Jean-Luc Bizien développe une écriture fluide, cette fois sous une forme qu’on a moins l’habitude de le voir aborder, encore une corde à son arc, cet auteur « touche à tout » qui excelle pour ma part dans le « hard-boiled », mais après lecture de « Et puis mourir » aussi dans un monde plus intimiste.

CELLES QUI SE TAISENT – Bénédicte ROUSSET

Celles qui se taisent... par Rousset

Par une nuit de décembre, une macabre disparition est signalée à la maternité de l’hôpital. La direction demande à son personnel de ne rien dire : il en va de la réputation de l’établissement.
Les années passent, le secret est enterré.
Pourtant, dix-huit ans plus tard,
le destin s’en mêle quand, après une terrible découverte, Caroline fouille dans le passé… c’est incompréhensible…
ça ne « peut » pas être.

Caroline et Augusta, deux femmes que tout oppose. En apparence…
Que s’est-il passé qui disloque leur vie et ternisse leur bonheur ?
Jusqu’où peut-on aller dans le renoncement, par amour pour une mère, par amour pour un fils ?

Il est des rencontres qui bouleversent nos silences.
Peut-être courons-nous après l’amour sans en donner assez ?

Connaissez-vous Didier DECOIN ?
Sans doute, l’auteur de John l’Enfer Goncourt 1977. Mais le connaissez-vous comme l’auteur de La Femme de chambre du Titanic ou encore de La Promeneuse d’Oiseaux ?

Je vous parle de Didier DECOIN car j’ai trouvé une grande similitude d’écriture, de ton, de souplesse du langage avec Bénédicte ROUSSET.
Celles qui se taisent est un roman intemporel, pour tout dire, lors de ma lecture je me suis inventé un monde « début du siècle XX », j’ai plongé dans cette atmosphère et ne m’en suis pas séparé tout du long des 346 pages que compte ce roman.

Essayez d’entrer en guerre avec une femme qui a perdu un enfant, vous verrez : ce qui vous sépare est plus mince que ce qui vous rassemble.

A elle seule cette phrase pourrait à la fois résumer le livre et aussi bien illustrer le ton du récit qui est aussi cruel que doux.
On se laisse promener par Bénédicte ROUSSET avec ravissement grâce à sa délicatesse dans cette histoire de mensonges, de non-dits et d’amour impossible ni celui d’un fils pour sa mère ni celui d’une femme pour un homme.
Le silence fait parfois des ravages, mais après tout on peut s’interroger : toutes les vérités sont-elles bonnes à dire et un secret doit-il rester secret ?

Quid de Jean et d’Isaac, ces deux enfants nés le même jour, dans la même maternité de deux mères que tout oppose. Caroline abandonnée par son mari, réduite à faire des ménages et un peu dame de compagnie pour Augusta, femme aisée dont le luxe consiste à une oisiveté et un ennui chronique qui frôle la dépression.
La première est une femme dépassée par la vie, vouée aux gémonies du voisinage, la seconde, une femme autoritaire et une mère qui n’épargne rien à sa progéniture pour satisfaire ses propres désirs et nous le comprendrons plus tard, son besoin de rédemption.
Jean se devra de rentrer dans les ordres et Isaac mourra. Mais il est des secrets même les mieux enfouis qui peuvent resurgir.

C’est un roman très fort, parfaitement maitrisé sur la rencontre de l’amour, de la misère, du mystère et du mensonge.

SAUCE DE PIRE -Ludovic BOUQUIN/Jean-Pierre XIRADAKIS

LA TUPINA, à Bordeaux
Jamais un restaurant n’aura si bien servi la cause du goût juste
Périco LEGASSE in Marianne N°1276 du 27 Août 2021

D’abord la forme, un manuel de recettes de cuisines qui chaque fois trouvent leur place dans le récit et aussi une sorte de best of du polar grinçant, imaginatif. Les deux se conjuguant comme s’il était impossible que l’un manque à l’autre, pour tenir cette sauce.
Puis le fond, un polar classique qui selon moi a eu le bon goût (vous voyez on y revient) de s’inscrire dans les années 70, parce que ces années là étaient la porte ouverte au plein emploi, que des cris de liberté avaient brisés quelques tabous et que du coup il n’y a pas d’étonnement à trouver un Aboubacar dégotter un emploi, faire preuve de son art de découpeur et mettre en scène son homosexualité, c’est dans l’air du temps même si par réflexe sociétal se manifestent les fachos, les casseurs de pédés et les profiteurs de tous bords.

N’empêche, la réussite a un prix, le maintien de son rang dans la société a un prix, mais pas le même suivant que l’on soit riche ou bien portant, noir ou blanc, homo ou hétéro, ça se déguste sans faim, au fil des pages, au fil des recettes, avec toujours à l’esprit le P….. de bonheur qu’on du avoir nos deux auteurs à écrire ce manuel irrévérencieux en forme de polar.

MAY FLY – Gérard COQUET

May fly par Coquet

Salvatore Bonato est un homme prudent et matois qui a toujours géré sa vie en bon père de famille. Mais est-il possible d’en être un quand on est le comptable du terrorisme et que l’on vient d’en détourner les fonds ? Devant le monstre qu’il a réveillé, il choisit de se placer sous la protection de la police, accepte de livrer ses secrets, mais pose une condition : que Ciara McMurphy recueille sa confession. C’est aussi lui qui impose l’endroit de la rencontre : Inishbofin, une île au large des côtes du Connemara. Inishbofin, c’est l’île de la vieille femme et de sa vache blanche. Dans la légende celtique, quand elles émergent du brouillard et errent sur les plages de galets, c’est pour annoncer un désastre. Et pour Ciara, c’est un mauvais souvenir. Quand elle avait quatre ans, c’est sur ce caillou perdu en face de la pointe d’Aughrus que sa mère s’est noyée. Pourquoi l’Italien a-t-il décidé de se mettre en scène là-bas ? Quelle idée a-t-il en tête ? Comment se comporte une truite vorace devant les ailes diaphanes d’une May Fly ?

« Chez Coquet, la dent est carnassière, la pensée noire, mais le cœur est ouvert attiré par la lumière chaleureuse de l’âtre où la tourbe se consume. » Nyctalope

« Quelle écriture et quelle histoire ! Une plume inspirée et un style virevoltant… Un passionnant roman ! «  Whoozone

 J’étais dans une bulle, le ciel était bleu, les piafs jamais gazouillaient et je prenais un pied d’enfer à bouquiner, à taquiner la fario et à enchaîner les orgasmes. Comme Culann est parti depuis plus de trois semaine, je suis redevenue ce que j’étais : une castratrice de médiocres jonglant avec les balles d’une probable déprimeCiara

Avec « L’aigle des tourbières » nous avons quitté Ciara suffisamment en colère après le massacre de Ballinaleama pour déposer sa démission de la garda, elle a failli perdre la vie, a été la témoin d’atrocités, alors maintenant elle veut qu’on lui foute la paix, qu’elle puisse bouquiner du Sam Millar, préparer ses may fly’s pour aller pêcher la truite et rêver du grand amour.
Mais une certaine Cobra va venir rompre ce semblant d’apaisement avec une proposition qu’elle ne peut pas refuser, integrer la spécial- branch de la garda pour une mission temporaire à hauts risques.
Ciara était en colère mais là sa colère va décupler face à un personnage énigmatique d’un trésorier sous couverture et protection conscient de la fin qui l’attend et veut la repousser en ne divulguant ses informations qu’au compte-goutte, tandis qu’inexorablement, dans un cortège de feu, de sang arrivent les tueurs des mafias qui alimentent les réseaux terroristes. La vieille femme et sa vache blanche peuvent se montrer.

Gérard COQUET a passé la surmultipliée, ça sent la poudre, ça flingue à tout-va. Inishbofin est une île, donc un endroit isolé, on peut donc s’y entretuer sans complexes, surtout quand les commanditaires se pavanent dans leurs palais en Bosnie à l’image de Joniar Duraku. La cruauté est de mise, à la hauteur des enjeux.
C’est donc avec une variation de style que l’auteur présente ce nouvel opus. Non qu’il renonce aux descriptions de paysages ou d’ambiance, mais il raccourcit le format, il met du nerfs dans ses propos et se rapproche du style hard-boiled, personnages typés, violence omniprésente, un peu à la manière d’un Walter Hill au cinéma ou d’un Stephen Hunter en littérature, et ça lui va très très bien.

Ce roman a été sélectionné pour le Prix Dora-Suarez 2021

C’EST MOI QU’IL VEUT – Daniel MARTINANGE

C'est moi qu'il veut par Martinange

De jeunes garçons sont enlevés, puis réapparaissent indemnes, enveloppés d’une couverture de survie. Sylvie, infirmière un peu borderline, est persuadée que le monstre impuni qui l’a terrorisée durant son enfance est l’auteur de ces rapts. Elle pressent l’imminence d’autres drames, d’autres morts. Près du lac où fut retrouvée la première jeune victime, vingt ans auparavant, des cadavres très récents de salamandres et de vipères sacrifiés sont découverts sur un étrange autel, tandis qu’un autre gamin disparaît…

Un polar qui penche vers le thriller.
Des dialogues savoureux, des retournements de situations astucieux, une tension psychologique parfaitement maîtrisée.
Saint-Étienne et les monts du Forez. Un coin riche en histoires de sorcelleries et d’amours chaotiques.

Un enquêteur séduisant, très télévisuel, commandant de police parisien récemment arrivé dans le département, qui sort de l’ordinaire puisqu’éternellement vêtu d’improbables chemises à jabot

Sylvie Chotant, infirmière, est au centre de ce roman, tout tourne autour d’elle mais aussi tout tourne à l’intérieur d’elle, Sylvie Chotant, infirmière, est une femme extrêmement perturbée… traumatisme de son enfance ? paranoïa ?

Et puis bien sûr les inévitables secrets de famille quand on sait que Sylvie a été enlevée et séquestrée quand elle était enfant et que personne n’a jamais pu identifier le ravisseur, que les soupçons se sont portés sur les proches.

Maintenant ça recommence, on enlève des enfants que l’on retrouve indemnes un peu plus tard, mais il y a aussi ceux qui ont été enlevés et qui sont morts.

Sylvie Chotant a eu un père violent, une mère absente, un oncle complètement cinglé et deux frères à protéger dans un climat social et affectif proche du néant.

Avec tout ça, Daniel MARTINANGE tricote un polar sans temps morts, passionnant de la première à la dernière page et se permet le luxe de nous scotcher avec un dénouement inattendu.
Un bonheur de lecture, une écriture vive, beaucoup de dialogues…un régal.

CE QU’IL NOUS RESTE DE JULIE – Sébastien DIDIER

Ce qu'il nous reste de Julie par Didier
https://www.youtube.com/watch?v=mRo7tMnM60I&t=14s

Vingt ans.

Cela fait vingt ans que Sébastien a quitté Sainte-Geneviève, sa petite ville natale du sud de la France. Trop de démons l’y tourmentaient. Aujourd’hui, comble de l’ironie pour un écrivain, c’est un livre qui le renvoie à ce passé qu’il s’est toujours efforcé d’oublier.

Le Temps d’un été.

Tout dans ce roman, qui s’annonce comme le succès littéraire de l’année, lui fait penser à Julie. Des références troublantes, des anecdotes qu’elle seule connaissait… À tel point qu’il en est persuadé : c’est elle qui l’a écrit.

Julie, son amour d’adolescent.

Celle qui a tant compté.

Mais qui est morte il y a vingt ans, assassinée par un tueur en série

Passionnant de la première à la dernière page.
J’adore ce principe du livre dans le livre, à condition que ce soit bien fait et là c’est remarquable.
Les deux histoires se croisent, parfois se télescopent, les personnages se retrouvent, les lieux sont les mêmes, ils ont simplement changé d’orientation, d’hôtel de luxe la demeure est devenue une pension de famille mais les souvenirs restent dans ces murs et l’auteur parsème son récit de multiples indices.
La nostalgie saupoudre toutes phrases de ce roman.

Nous assistons à une magnifique démonstration d’un « à la manière de », hommage à la grande dame du crime et son détective, j’ai nommé Agatha Christie et Hercule Poirôt, les lieux mêmes sont un hommage, très souvent Poirôt enquêtait dans des Hôtels luxueux ou encore des pensions « so british ».

Il y a une part d’enfance, d’adolescence qui ne peut échapper à un oeil aiguisé: cinq amis inséparables comme un certain « Club des cinq » de Enyd Blyton auquel l’auteur aurait rajouté cette part de sensualité, cet apprentissage amoureux que Enyd Blyton se gardait bien de laisser entrevoir.

Des personnages crédibles, une intrigue menée de main de maître (malgré un final concernant le meurtre de Julie quelque peu prévisible), une écriture souple, aisée.
Un réel plaisir de lecture, une vraie réussite.

STAVROS CONTRE GOLIATH de Sophia MAVROUDIS

Stavros contre Goliath par Mavroudis
https://www.youtube.com/watch?v=IOMmwyfPEio&t=40s

Le commissaire Stavros Nikopolidis est un électron libre et désabusé, charmeur invétéré, amateur d’ouzo et de rebetiko, au caractère bien trempé et à l’instinct aiguisé. A peine remis de la traque de son ennemi intime, il se retrouve, sur ordre de sa hiérarchie et de Bruxelles, à devoir collaborer avec les Turcs – ennemis jurés des Grecs depuis toujours – en vue d’interpeller en mer Egée un terroriste embarqué dans une caravane de migrants à destination de l’Europe.
Mais Dora, coéquipière de Stavros et ancienne des forces spéciales, semble nourrir une rancune tenace envers ce terroriste et Cengiz, ce chef turc de la police côtière qu’on leur a collé aux basques. Traques effrénées, coups fourrés et retournements se succèdent. La rage qui anime Dora va brouiller les cartes… Et c’est sur une partie de tavli que tout va se jouer !

Son éditeur en parle très bien, Stavros est un personnage atypique, s’il n’évoluait pas dans un contexte aussi violent il pourrait être le Maigret grec, à l’instar de ce dernier, faisant l’ignorant ou le bon élève face à sa hiérarchie, amateur de bonnes chaires, passionné d’énigmes et de hasard, flirtant au gré de l’enquête avec des personnages plus ou moins recommandables. Mais il n’est pas entouré d’inspecteurs aux ordres, prets à se faire engueuler pour un oui ou un non.
L’équipe de Stavros ce sont des durs à cuire, des violents. La Grèce n’est pas la France des années 50, c’est un pays meurtri par une crise économique sans précédant, assailli de toutes parts par les vents migratoires, l’invasion du terrorisme, la création de camps de réfugiés de plus en plus incontrôlables, la rancoeur incessante avec la Turquie.

Alors Stavros devra déjouer une attaque terroriste, il devra faire le ménage au sein de son équipe, se séparer, contraindre d’autres, prendre soin de ce monde défaillant avec un humanisme qui n’appartient qu’à lui, une logique qui n’appartient qu’à lui et ce fameux jeu du Tavli, redoutable confrontation.

Un livre encore une fois passionnant

SADIA – Sandrine DUROCHAT

Sadia par Durochat
https://www.youtube.com/watch?v=8de2W3rtZsA

A 22 ans, Sadia a déjà tout connu. La mort de ses parents, la misère des quartiers d’Echirolles. La solitude et la prostitution. Son destin va basculer quand elle devra faire la mule (voir chronique du 11 septembre 2020 « LA MULE » sur DORA-SUAREZ.COM) pour le compte de trafiquants tenant le marché de la drogue à Grenoble et Echirolles afin de sauver son petit frère Farès.
De fille paumée et exploitée par les hommes, Sadia fera face à tous les dangers et mettra un point d’honneur à dominer le haut de cette chaîne alimentaire criminelle. ( voir chronique du 11 septembre 2020 « UPPERCUTS » sur DORA-SUAREZ.COM).
Animée d’une rage dévorante, la jeune femme se jettera à corps perdu dans une spirale diabolique. Rien ne lui sera
épargné et elle devra naviguer entre violences des cités, grand banditisme Corse, islamisme terroriste ou cartels de drogue marocains.

Les combats d’une femme mêlant vengeances, quête du pouvoir, règlements de comptes et corruptions à tous les étages.

Dans sa dédicace Sandrine DUROCHAT m’écrivait « voila, la boucle est bouclée ».
La boucle familiale sans doute, le retour aux sources aux origines, un semblant de paix, des ennemis exterminés ou neutralisés.
Mais Sadia trouve refuge presque malgré elle dans le giron de son grand-père qui est un homme puissant, protecteur, vengeur, mais aussi extrêmement menacé, une cible dans le milieu du traffic. Alors peut-elle espérer plus qu’un répit ?

Encore une fois l’auteure nous emmène dans un monde de violences qui prend dans cet ouvrage une tournure apocalyptique, peut être parce que nous quittons les rues des cités avec les petits dealers, les caïds auto-proclamés, les proxos pour prendre le large vers une mondialisation et toutes ses ramifications mafieuses allant jusqu’au terrorisme international.

En réalité je ne crois pas un instant que nous ne reverrons pas Sadia…mais sans doute est-ce moi qui ne veut pas la quitter.
Bravo Sandrine !

NOIR COTE COUR – Jacques BABLON

Noir Côté Cour par Bablon
https://www.youtube.com/watch?v=-epihrIZXpM

Dans un immeuble parisien, les habitants de chaque étage ont leurs sombres secrets…

Paris. Un immeuble ancien avec une cour pavée. Cinq étages. Fin de semaine calme. Si ce n’est que… Que la grosse fête au quatrième chez ces trentenaires bien dans leur époque tourne mal. Qu’au premier, un des deux Lettons de passage dans la capitale a pris un éclat de grenade GLI-F4 dans le dos et saigne comme un bœuf. Que l’homme du deuxième qui a accueilli une sans-papiers ne rêve que de la baiser. Que la belle étrangère sait particulièrement bien calmer les ardeurs des hommes qui se croient tout permis. Que le jeune du cinquième connaît tout des horreurs commises par le salaud du deuxième et qu’il ne va pas en rester là. Que l’importateur de pistaches qui habite au troisième a pris une balle dans la tête. Mais qui pourrait affirmer que dans ce nid de vipères l’amour ne pourrait pas éclore ?

je me permets de citer Emmanuel FLEURY :

« Dans ses romans, Jacques Bablon va toujours à l’essentiel. Dès l’ouverture du polar, l’ambiance est bien là, donnant envie d’aller plus loin, de lire encore et encore. Avec lui, pas le temps de souffler, on ne lâche pas le livre tant qu’il n’est pas terminé. Des romans noirs dignes des plus grands. » Emmanuel Fleury

L’allégorie est un peu facile et je m’en excuse, mais j’ai dévoré ce roman comme un mille-feuilles, cette pâtisserie si fragile et si complexe à fabriquer car chaque couche ne tient que par l’excellence de la suivante et ainsi de suite.
Le rapport est donc tout à fait identifiable entre une succession de couches et une succession d’étages d’un immeuble, le nombre est sensiblement identique, cinq étages et un lien entre chaque…c’est tout l’humour de Jacques BABLON…une goutte d’eau, une fuite d’eau qui va réunir un voisinage parfois discret, voire invisible, mais parfois exubérants, d’autres encore encombrants, et puis toujours dans une telle situation le personnage qui observe tout mais ne sait rien, ou plutôt n’en pense pas moins.

Et comme toujours chez Jacques BABLON il y a ce punch d’écriture, des phrases courtes, une construction un peu comme une partie de flipper, on frôle le tilt, le « game over » mais non ! c’est un gros score qui s’affiche.
Et puis il y a cet humour sous-jacent, ce sourire à la fois bienveillant et ironique. J’imagine qu’il m’a dit en achevant son écriture « je t’ai bien eu quand même ». Et j’ai adoré.

LE CERCLE DE FINSBURY – B.A. PARIS

Le cercle de Finsbury par Paris
https://www.youtube.com/watch?v=fUntMxxWSwY

Alice croyait avoir trouvé la maison de ses rêves...
Quand Léo et elle emménagent au Cercle de Finsbury, une résidence haut de gamme en plein Londres, la jeune femme est persuadée de prendre enfin un nouveau départ. Et tant pis si les choses sont allées un peu vite avec Léo et si celui-ci a pris en charge leur emménagement
sans véritablement la consulter. La maison est parfaite, la résidence idéale, et les voisins semblent si accueillants !
… Mais ce fut celle de ses pires cauchemars.
Lorsqu’Alice apprend que Nina,
qui vivait dans la maison avant qu’ils n’emménagent, y a été sauvagement assassinée, le vague sentiment d’insécurité qu’elle ressentait jusqu’alors se transforme en peur, puis en terreur. Une présence étrange semble hanter les murs et ni Léo, qui semble lui cacher beaucoup de choses, ni les voisins, qui consacrent le plus clair de leur temps à s’épier les uns les autres, ne la rassurent.
Et puis l’on passe bien trop facilement d’une maison à l’autre, à l’intérieur du Cercle, pour pouvoir y dormir en paix
.

Et alors Hitchcock rencontre les « desperates housewives ».

Nous n’avons pas à faire avec une nouvelle venue, B.A.PARIS est une pointure dans sa catégorie qui manie l’art du récit comme peu savent le faire, le structurer… c’est quoi un « cliffhanger », je vous propose un petit cours de rattrapage:

En deux mots

Vieille de près de deux siècles, la technique du cliffhanger, apparue dans les romans-feuilletons du XIXème siècle, consiste à terminer l’épisode ou la saison d’une oeuvre par une fin ouverte, au moment où le suspens est à son comble. Au sens littéral, « cliffhanger » signifie « suspendu à une falaise ». La première utilisation du mot remonte à un roman de Thomas Hardy publié en 1873, A Pair of Blue Eyes, dans lequel l’écrivain laisse son héros dans cette situation pour le moins périlleuse. Et bien sûr, on n’oublie pas une référence plus contemporaine : celle du film culte avec Sylvester Stallone sorti en 1993. Utilisé en littérature comme au cinéma, le cliffhanger est l’arme fatale des séries, qui donne une irrépressible envie aux téléspectateurs de revenir comme un seul homme pour l’épisode suivant.

Pourquoi c’est important

Aux Etats-Unis, le cliffhanger est devenu une institution pour deux raisons. Il permet d’accrocher l’attention du téléspectateur, de retenir l’audience pour la saison suivante, et il rythme un épisode de série. Sur les networks par exemple (ABC, CBS, NBC, The CW, FOX), un mini-cliffhanger apparaît toutes les 12 minutes, soit la fréquence des diffusions de spots publicitaires. L’écriture en cliffhangers s’est propagée aux chaînes câblées, qui pourtant n’ont pas la contrainte des publicités. Sur un drama de 52 minutes comme Game of Thrones, on compte entre trois et quatre cliffhangers par épisode.

Quelques exemples concrets

Le cliffhanger le plus célèbre, qui a donné ses lettres de noblesse au terme, reste celui de Dallas. Dans le dernier épisode de la saison 3, J.R. Ewing se fait tirer dessus. Tout l’été, une grande campagne de médiatisation « Who shot J.R. ? » fait grand bruit. Des tee-shirts et mug sont vendus avec cette tagline. Le season premiere de la saison 4, diffusé en 1980 après des mois de spéculation, fut suivi par 80 millions de téléspectateurs dans le monde !

Dans les années 2000, le cliffhanger fait toujours recette. De la trappe au fameux flashforward de fin de saison 3 (« We have to go back, Kate. »), la série Lost l’a utilisé avec brio. Alias (le réveil de Sydney amnésique en saison 3), Desperate Housewives ou encore Prison Break ont aussi livré des cliffhangers restés dans les annales.

Et puis il y a ces séries qui se terminent par des cliffhangers devenus involontairement leurs fins, comme V (2009), annulée au bout de deux saisons après un season final épique et sanglant. Résultat : une frustration éternelle pour les fans, qui ne connaîtront jamais la suite. Au rayon comédie, le cliffhanger a aussi été abondamment utilisé par des sictoms telles que Friends ou How I Met Your Mother. Ces séries de potes terminaient souvent leurs saisons par un suspens romantique autour des couples phares Rachel & Ross et Robin & Ted.https://www.youtube.com/embed/fCa-v2CeyY0?rel=0&showinfo=1

Dans ce roman, l’art de l’utilisation du « cliffhanger » est poussé à son paroxysme, tout peut arriver quand vous tournez une page, quand quelqu’une doit rencontrer quelqu’autre, quand le téléphone sonne, quand l’éléctricité s’éteint, quand n’importe quel incident du quotidien survient, une lumière chez les voisins devient un objet de persécution et quand la lumière disparaît c’est pire, car il faut un maximum de paranoïa pour tenter de fuir ou encore rester pour affronter ce qui n’était vraiment pas envisageable.

Un roman à suspense, un classique maintenant.

LES MACCHABEES DE SAINT-JUST – Jacques MORIZE

Les macchabées de Saint-Just - Une enquête du commissaire Séverac - Jacques  Morize (EAN13 : 9782382000113) | Éditions AO - André Odemard - Maison  d'édition indépendante
https://www.youtube.com/watch?v=XVEGc2GRnCE

Abel Séverac fait une mauvaise rencontre dans un escalier du Vieux Lyon, la montée des Chazeaux*. Il se réveille deux jours plus tard a` l’hôpital Édouard-Herriot, incapable de se souvenir de ce qui lui est arrive´.
Pratiquement dans le même temps, un enfant est enlevé non loin du cimetière de Loyasse et le cadavre d’une jeune femme est repêche´ dans le Rhône. Pour ne rien arranger, un dangereux truand fraîchement évade´ de la centrale de Clairvaux semble avoir décide´ de venir a` Lyon régler quelques vieux comptes.
Les macchabées pleuvent comme grêle en été, ce qui va contraindre Séverac et son équipe à « se sortir les tripes » pour démêler toutes ces affaires !

*Photo de couverture.

Jacques MORIZE durcit le ton avec ce nouvel opus, l’intrigue policière passe au second plan au profit du récit d’une traque sans répit (ou presque) d’un truand prêt à tout, un de ceux qui sèment la mort sur son passage autant les innocents que les passagers collatéraux, avec son physique mi-bucheron-mi-ogre il a tout pour foutre les jetons.

Paradoxe : le traqué est une bête féroce, le traqueur, en l’occurence Séverac apparaît au moins dans la première moitié du livre comme bien mal en point suite à une agression.
C’est sans doute ce qui donne ce parfum de « nouveauté » à ce 9ème roman relatant les enquêtes de Séverac (mais pas que, citons en vrac son addiction à la bonne bouffe et aux femmes…), d’ailleurs ses addictions vont être particulièrement mises à mal suite aux séquelles de son agression.


Enfin c’est comme se retrouver avec un vieil ami au restaurant, le vin est bon, la nourriture excellente, la conversation truculente et aussi grave et intelligente qu’il se doit, on se quitte après avoir payé la note, s’être salué d’une poignée de main ou d’une embrassade (attention covid !) et quelque part ce sentiment diffus, incompréhensible que quelque chose a changé.

Ce roman est nominé pour le Prix DORA-SUAREZ 2021.

L’HEURE DES CHIENS – Thomas FECCHIO

L'heure des chiens par Fecchio
Parce que force est de constater que l’homme supporte, même le pire, quand il ne peut faire autrement, qu’il s’adapte pour survivre

Simone GELIN

En l’espace d’un week-end, le quotidien de la ville de Soissons sombre dans le chaos. Les tombes musulmanes de la nécropole dédiée aux soldats de 14-18 sont atrocement profanées et de l’autre côté de la ville, Julia, en convalescence à la suite d’un accident traumatisant, trouve une main sauvagement coupée sur les berges de l’Aisne.
L’adjudant Gomulka, gendarme désabusé et proche de la retraite, se voit confier ces deux enquêtes.

Face à la violence et la noirceur de ces crimes, il ne s’opposera pas à ce que le lieutenant Delahaye, surnommé « la Machine », lui prête main forte. Au cœur d’une ville qui porte les stigmates du premier conflit mondial, les deux hommes vont devoir démêler l’écheveau de ces deux affaires, qui n’en formeront peut-être qu’une. « L’invasion s’arrête ici ».
Une enquête sombre dans les bas-fonds de notre société



Intelligent cette façon de conduire le récit autour de deux enquêteurs.
Elizabeth George dans un de ses cours d’écriture avait préconisé deux manières d’appréhender un roman policier : soit, privilégier l’angle du récit autour des personnages principaux parfois au détriment de la trame; ou encore l’inverse, privilégier le récit et ses argumentaires ou autres rebondissements au détriment de la trame.
(je ne suis pas sûr de l’exactitude au mot près des propos de Mme Elizabeth George, je la cite de mémoire et la prie de bien vouloir m’excuser en cas de bévues).
Quoi qu’il en soit, Thomas FECCHIO a su manier l’art de conjuguer ces deux principes pour en faire un roman d’une extraordinaire construction, un roman qui s’intéresse à l’humain, flic ou sans papier, deux expressions qui peuvent apparaître antinomiques et pourtant au fil de ce roman se croisent dans leurs questionnement et leurs aspirations.

Tous les personnages se situent au bord d’un fil, marchent sur ce fil qui peut les entrainer dans des décisions irréparables, et puis il y a ceux qui ont déjà dépassé la frontière, sont tombés du mauvais côté du fil ou encore ont pris la décision d’ignorer cette frontière entre le bien et le mal.
Il y a les chiens qui selon l’expression sont « traités comme des chiens » (C’est de vous voir me traiter comme un chien enragé qui me fait souffrir.
Je voulais juste dire d’être plus sympa avec lui… mais pas le traiter comme un chien.)
Et les chiens enragés, les chiens de meute , les hommes qui traitent leurs semblables comme des bêtes, qui n’hésitent pas à les vouer à la mort.
Les hommes qui adoptent un enfant comme un chien à la SPA? sans vraiment mesurer les conséquences.

Dans ce roman c’est bien « L’heure des chiens », ceux qui souffrent de n’être que des bêtes dans le regard d’autrui, ceux qui cavalent car c’est dans leur nature de chasser et ceux qui mordent, dépècent leurs proies pour en tirer satisfaction.

VOL AF 747 POUR TOKYO – Nils BARRELLON

Vol AF 747 pour Tokyo par Barrellon
“Séparer la question principale de celles qui ne le sont pas, voilà la première tâche d’un esprit ordonné.”

Agatha CHRISTIE

Lire la suite

MANHATTAN SUNSET – Roy BRAVERMAN

L’important en enfer c’est de survivre

Michel AUDIARD

Il n’y a pas pire vengeance que ce qui blesse ceux qu’on aime.
À moins qu’on ne les tue.
Il n’y a pas pire obsession qu’un fantôme qui vous hante.
À moins que ce ne soit celui d’un ami.

Il n’y a pas pire crime que de tuer une enfant.
À moins de la tuer deux fois.

Un New York sombre et violent, avec des rues comme des canyons dans lesquels la vie se perd et la mort s’engouffre. Avec fracas parfois, comme lorsqu’elle vient saisir une petite fille, retrouvée assassinée, le corps mutilé, au milieu d’un amas d’épaves de voitures.
En équilibre précaire, accroupi tout en haut d’une pile de carrosseries déglinguées, Pfiffelmann interroge son partenaire, l’inspecteur Donnelli :  » Alors, tu en dis quoi ?  » Un début d’enquête somme toute normal.
Sauf que  » Pfiff  » est un fantôme, qui exige lui aussi la vérité sur les circonstances de sa mort. Comme si Donnelli n’avait pas déjà tout son soûl de crimes, d’obsessions et de vengeances. Comme si la ville ne lui avait pas déjà arraché un lourd tribut.
Pourtant, une fois par an, New York lui offre aussi un instant magique, lorsque le soleil couchant symétrique et flamboyant du Manhattanhenge prend la 42e rue en parfaite enfilade. Une illumination divine, comme la révélation d’un indice éclaire un crime d’une lumière nouvelle. Avant que tout, la ville comme la vie de Donnelli, ne sombre à nouveau dans la nuit.
Un polar noir et puissant, dans une ville que l’on croit connaître mais dont Roy Braverman fait un portrait inédit, aussi tragique et attachant que ses autres personnages, aussi à l’aise dans l’humour que dans le suspense, et porté par une écriture remarquable.

Il y a deux façons d’aborder les romans de Roy BRAVERMAN

Vous plongez dans une nostalgie des polars américains années 80/90 à la manière de « 48 Heures », la série « Deux flics à Miami » ou encore « Cliffhanger » ces fameux polars survitaminés qui laissent flotter l’humour dans les mêmes eaux que la violence.

Ou alors, selon les mêmes références cinématographiques vous plongez chez Walter HILL, chez KITANO, chez Alan PARKER, chez Denis HOPPER.

A la manière de la série « HAPPY » créee par Grant MORRISON, Donnelli a un interlocuteur imaginaire, chez Grant MORRISON il s’agit d’une licorne facétieuse à la manière d’un Jeminy Crickett, chez Roy BRAVERMAN il s’agit d’un fantôme, celui de Pfiffelmann le coéquipier de Donneli tué en mission.

Dans les deux cas, les dialogues sont grinçants, les paroles prononcées sont à la fois des mises en garde, des reproches et des regrets. Roy BRAVERMAN sait construire des dialogues qui sonnent comme des actions et font parfois même encore plus mal.
Soyons « léger » et sourions aux interventions de Pfiff et aux situations cocasses que cela engendre, comme nous pouvions sourire à l’apparition de Mardiros le collecteur de dettes dans la trilogie « HUNTER » (l’arménien est précautionneux..)
Mais ne sont-ils pas tous les deux des personnages mythiques qui sous des aspects ironiques représentent l’essentiel des remords et des échecs, l’un ne serait-il pas CHARON le collecteur des âmes qui échange de quelques pièces faisaient traverser les morts pour les rivages d’une autre vie, et l’autre ne serait-il pas l’OEIL qui dans la tombe regardait Caïn.
Donnelli a beaucoup à se reprocher, sa culpabilité est avérée et avec tout ce qu’il avale il n’est pas étonnant que sa culpabilité s’exprime sous formes hallucinatoires et là plus rien n’est drôle, et comme dans la trilogie HUNTER la tragédie prends le pas sur la forme qui se voudrait quelque peu détachée en face de ce déchainement de violence.
Roman NOIR, très noir et ce n’est pas le phénomène « Manhattanenge » qui donnera une clarté et réparera les malheurs dans lesquels cette ville est engluée.
Le vice, la souffrance…on s’en fout t’es mort(e), t’es une petite fille un petit garçon, un vieux, une vieille, un branleur, un braqueur, un commerçant, un parent ou tout autre tu ne survivras pas…tu es de la viande morte ou vivante à monnayer.

Nous sommes bien pires que ça – Guillaume AUDRU

La guerre, c’est le massacre de gens qui ne se connaissent pas, au profit de gens qui se connaissent et ne se massacrent pas.

Paul VALERY

Eté 1918, la Première Guerre Mondiale touche à sa fin. Ici, on combat. Ailleurs, on négocie la paix. Le capitaine Simon Fleurus est un héros contradictoire. Il s’est couvert de gloire sur les batailles de la Marne, de Verdun mais a désormais droit à une réputation peu flatteuse dans l’armée. En effet, un an auparavant, lors des combats du Chemin des Dames, il a, entre autres, participé aux tribunaux militaires chargés de condamner les mutins.
Harassé par ces guerres obscures et souffrant de stress post-traumatique, il sollicite sa mutation, au grand étonnement de son état-major. Ses supérieurs, qui ont apprécié ses capacités d’enquêteur, l’envoient en Algérie française. Dans un bagne de l’armée, en plein désert du Sahara, les cas d’évasion sont particulièrement élevés. Fleurus, accompagné du major Louis Zamberlan, pénètre dans la gueule de l’enfer..

https://www.franceculture.fr/oeuvre-biribi-les-bagnes-coloniaux-de-l-armee-francaise-de-dominique-kalifa

https://www.lefigaro.fr/livres/2009/04/23/03005-20090423ARTFIG00388-pas-de-pitie-pour-les-soldats-refractaires-.php

Les Conseils de guerre et la Justice militaire - Wikisource
BAGNES MILITAIRES en 1914: LE MIROIR aborde ce sujet tabou. | Un Monde de  Papiers
BAGNES MILITAIRES en 1914: LE MIROIR aborde ce sujet tabou. | Un Monde de  Papiers

L’horreur justifiée par une autre horreur: la guerre.

« Ce qu’il voit aujourd’hui dépasse sa conception de l’humanité. Abrutis par le soleil, la chaleur, le sable, le vent, ces hommes sont devenus fous. Loin des yeux du front, imprégnés d’un profond sentiment d’impunité, ils se croient tout permis. Pour eux, réduire leurs semblables à une parcelle de néant est devenu un acte d’une extrême banalité.
Le symbole de la punition, la preuve même que le cachot n’est pas une solution suffisante. Tant qu’ils recommenceront, ils y auront droit. »

Fût un temps où l’Inquisition agissait au nom de Dieu, menant des êtres qui au nom de la foi en Dieu devaient mourir, expiés leurs péchés de déviances envers la Foi étatique, les menant au bucher au devant du public, ésperant ainsi faire grandir la dévotion du tout un chacun en une grande liesse macabre : « la montée au sacrifice ».
En nos temps pas si éloignés l’Etat a conduit en une marche lente une foule d’hommes vers un sacrifice tout aussi indigne, celui d’une rédemption par la souffrance entrainant par là des exactions que personne à l’époque ne voulait nommer au risque de se voire assigner au même sort : « ennemi de la république » ou encore « anarchiste ».
A la différence de l’Inquisition, l’institution militaire-républicaine ne donnait que peu d’informations sur ces disparitions, les transformant en peines d’incarcérations pour motifs, le plus souvent d’insubordinations ou de désertions.
Les bagnes militaires naissaient.

Avec eux, cet éloignement géographique qui permettait aux proches de ces victimes de justifier l’absence de nouvelles, permettait aussi d’asseoir la colonisation à moindre coût.

Rien ne se perd dans le roman de Guillaume AUDRU, tout ce que je viens d’évoquer et bien d’autres choses qui m’ont sans doute échapper.
C’est un roman intense, pesant, infligeant, une douleur à lire
.

Il y a bien sûr une intrigue, un récit, des personnages, au passage très bien ancrés dans leurs rôles, mais la réalité de ce récit c’est de nous dire l’Histoire.

AAHHH ! mais quelle horreur Guantanamo crions nous quand nous sommes les héritiers de ce témoignage, seules les méthodes de tortures ont changées et la communication avec.

Ludovic FRANCIOLI

Pleine balle – James HOLIN

Ce roman a reçu le Prix du Cercle du Sablier 2020.
Ce Prix récompense un manuscrit en recherche d’édition.

Lire la suite

Fracassés- Julien DALUIS

Où la douleur s’abat subitement sur moi, me fracasse le crâne, lacère la moindre parcelle de mon cœur, me transperce l’âme. Et les larmes m’assaillent. Elles me brûlent les yeux pour finalement me ronger les joues. Et j’ai l’impression de m’effondrer de l’intérieur. Inconnu

Lire la suite

Ravages – Lison CARPENTIER

La douleur morale est plus cuisante que la douleur physique ; l’ennui, la séparation, sont des maux capables de causer les pires ravages, même chez les personnes les plus plus fortes.” Adrienne MAILLET

Lire la suite

La mémoire de l’oubli – Martin LONG

La mémoire de l'oubli dora suarezEn 2019, le New York Time diffuse plus de 400 documents officiels chinois. Ils attestent de l’existence des camps de concentration modernes où sont détenus une partie de la communauté des Ouïghours. Ce non-respect des droits de l’homme est perçu, par certains chercheurs, comme un génocide.

Lire la suite

La peine du bourreau – Estelle THARREAU

Traiter de la peine de mort, c’est d’abord plonger dans l’horreur. André KASPI

Lire la suite

Ange – Philippe HAURET

Parfois il vaut mieux être avec le diable que tu connais que l’ange que tu ne connais pas. Al Pacino

Lire la suite

Rosine, une criminelle ordinaire – Sandrine COHEN

Dans les yeux de la fillette, une supplique hurlante et muette, s’il te plaît, Maman, reviens. Mais Rosine ne peut pas l’entendre, elle est ailleurs, dans un trou noir, la boîte noire, un trou où il n’y a rien. Sandrine COHEN

Lire la suite

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑