Mise en page 1Douceur des larmes qui consolent et parviennent à émouvoir ceux qui en sont témoins et pour un peu les partageraient. Violence des sanglots. Brusques spasmes, incoercibles, imprévisibles. Suffocation, souffle coupé. Attaque soudaine de l’intérieur. Sans défense… Tout le corps secoué qui plie, se casse en deux. Rien pour s’en protéger. Ça éclate en vous. J.B. PONTALIS

On peut se répandre en qualificatifs, dur, âpre, cruel, poignant, dérangeant etc… Mais voilà, moi je n’ai rien d’autre à dire que “RÉEL”. La réalité que j’ai connue alors que j’exerçais mon métier de soignant en psy sur la cité des Minguettes à Vénissieux (69). J’ai rencontré des Mattia, j’ai travaillé avec son père, j’ai croisé plus qu’il n’en faudrait des couples abîmés comme Zé et Gabrielle, des psychologues hors normes comme ma collègue Habiba, des flics pourris et des flics sympas, des commerçants parfois limites mais toujours souriants, des jeunes qui ne savaient jamais s’ils devaient être cool ou énervés, voire révoltés. J’ai vu les voitures brûler, les chantiers détruire toute l’histoire des familles au nom du “ça va être mieux quand on vous relogera” (ça sera aussi plus cher). Alors je témoigne que Cloé MEHDI est la parole de son époque, qu’elle a su regarder, sentir et sans aucun doute vivre cette vie qui ne cesse d’être un rêve inaccessible. Alors on échafaude des plans d’avenir, on se brûle la gueule et les doigts au shit, on se crame le cerveau à la poudre et à l’adrénaline. Faut bien trouver un sens à sa vie.

LA VENGEANCE

Pas n’importe laquelle. Celle du peuple, celle de l’opprimé (une identité forcée), comme une évolution, comme dans “V comme Vendetta” ou chez les Anonymous. Le mouvement improbable qui devrait unir. Et qui malheureusement désuni, sème le trouble, la peur et les pleurs, la tristesse et la vengeance… La boucle est bouclée.

On ne s’en sortira pas, alors prions pour Mattia qui comme Cloé MEHDI est le témoin de son temps. Je n’hésite pas, c’est un chef d’œuvre. Cet ouvrage publié chez JIGAL est sélectionné pour le Prix du Jury Dora-Suarez-leblog 2017.

Retrouvez la chronique de son 1er roman : Monstres en cavale.

Publicités