Recherche

Dora-Suarez : L'actu littérature noire

Découvrez le meilleur de la littérature noire et des auteurs exceptionnels

Catégorie

Littérature noire

Ludovic Francioli, créateur du site Dora-Suarez, nous présente ses coups de cœur littéraires tout au long de l’année.

Mourir à Ainay – Jacques MORIZE

Il faut choisir, mourir ou mentir. Louis-Ferdinand Céline

Lire la suite

Publicités

Apocalypse transferts – Fabio M. MITCHELLI

chronique dora suarez Apocalypse transferts - Fabio M. MITCHELLI

Puis vient le jour des révélations de l’apocalypse, où l’on comprend qu’on est maudit et misérable, et aveugle et nu et alors, fantôme funeste et dolent, il ne reste qu’à traverser les cauchemars de cette vie en claquant des dents. Jack Kerouac

Lire la suite

Crow – Roy BRAVERMAN

chronique dora suarez Crow - Roy BRAVERMAN

Quand un individu a été longtemps traqué, il conserve dans la quiétude même des instincts de méfiance. Lev Aslanovitch Tarassov

Lire la suite

Broyé – Cédric CHAM

chronique Dora-Suarez Broyé - Cédric ChamOn ne peut guère s’attacher à plusieurs choses à la fois, mais il faut être soi tout entier pour une ou deux de ces choses essentielles. Hors de cela on est broyé sans espoir et notre conscience se détourne de nous. René Char

Lire la suite

Romilda – Bénédicte ROUSSET

chronique Dora Suarez Romilda Bénédicte Rousset                           Proverbe Chinois   Vaucluse, Juin 1912. Rosa Barloti 7 ans, disparaît dans un mystère absolu. On retrouvera seulement sa robe, ensanglantée, au pied d’un arbre. Sa famille a juré vengeance, peu importe le temps que cela prendra. Une question d’honneur, au sein de ce clan Corse.  Vaucluse, Septembre 2018. Ange Barloti est lié par le sang à la petite Rosa. Il a juré de venger l’outrage fait aux siens il y a plus d’un siècle. Mis à part son domaine, c’est la finalité de sa vie : laver l’honneur de sa lignée et trouver le descendant du coupable.   J’ai eu le sentiment d’avoir lu deux romans en un. D’une part une intrigue policière non dénuée d’intérêt avec les personnages d’enquêteurs particulièrement attachants, possédant une réelle épaisseur, un crime vieux d’un siècle qu’ils se doivent d’éclaircir. Avec à la clé une vengeance ancestrale devant se terminer dans le sang. Et pourtant, à part la trace de sang sur les vestiges de la robe de Rosa, aucune effusion de sang dans ce roman qui replonge tous les protagonistes dans le passé. Ce passé intimement lié à la première guerre mondiale est la clé de voûte de cet ouvrage. Les enquêteurs remontent le temps et Romilda tente d’échapper à son chagrin, cause d’une trahison amoureuse en retournant dans la maison paternelle où elle découvrira une liasse lettres écrites par un soldat sur le front de cette même guerre.  Romilda va les lire une à une, ce sont des lettres d’amour écrites par le soldat Félix à sa fiancée à laquelle elle va s’identifier dans un élan de sensualité effréné, laissant libre court à ses fantasmes, s’éprenant de lui lecture après lecture, elle va lui répondre et nous nous trouvons face à un roman épistolaire d’une grande finesse et d’une grande beauté, car même si : (extrait) -j’aime quelqu’un -Qui est-ce ? -Il est mort. Elle va en quelque sorte lui redonner vie et tenter de se redonner vie à elle-même en se jetant à corps et à coeur perdu dans cette improbable histoire d’amour.  Ce roman m’a évoqué un long dimanche de fiançailles de Japrisot, sans doute par la similitude de l’époque, mais je crois surtout par l’analogie que j’ai fait entre les deux héroïnes, deux femmes éperdument amoureuses se refusant de croire à la disparition de l’être cher. Le style est remarquable aussi bien dans le récit de l’enquête que dans les “ échanges” épistolaires si délicieusement suranné. Benedicte Rousset passe de l’un à l’autre avec une grâce et une élégance rare. Camille Claudel elle-même n’aurait pas renié le style ni l’emphase amoureuse dont elle faisait preuve dans ses correspondances avec Rodin.  J’ai lu un très beau livre et je terminerai par un court plagiat.  Ma douce amie, comment te faire part du bonheur rencontré à la lecture de tes mots qui sont comme de délicieuses friandises et sonnent à l’intérieur de moi comme une douce musique mélancoliqueL’eau ne reste pas sur les montagnes, ni la vengeance dans un grand cœur. Proverbe chinois

Lire la suite

L’inconnue de l’équation – Xavier Massé

chronique dora suarez L'inconnue de l'équation - Xavier Massé

Pour interpréter un rôle, il faut se libérer de son ego, n’avoir aucun contrôle, accepter l’inconnu. Joaquin Phoenix

Lire la suite

Le voyage de Madison – Chris LOSEUS

chronique Dora Suarez Le voyage de Madison - Chris LOSEUS

Les souvenirs sont des adieux prolongés sur le quai de la vie. Touria Uakkas

Lire la suite

Si je meurs avant mon réveil – Philippe SETBON

chronique dora suarez Si je meurs avant mon réveil - Philippe SetbonLa vie est belle et cruelle à la fois, elle nous ressemble parfois. Moi je suis né ici pour n’être qu’avec toi. Nicola Sirkis

Lire la suite

Le Prieuré de Crest – Sandrine Destombes

chronique Dora-Suarez Le Prieuré de Crest - Sandrine Destombes

Quand les sages sont au bout de leur sagesse, il convient d’écouter les enfants. Georges Bernanos

Lire la suite

L’aigle des tourbières – Gérard COQUET

chronique Dora-Suarez L'aigle des tourbières - Gérard Coquet

Il a un caractère d’Albanais : il trébuche sur une pierre, il lui tire dessus. Proverbe albanais.

Lire la suite

In lux limine – Jean-Michel RAFFALLI

chronique Dora-Suarez In lux limine - Jean-Michel Raffalli

En faisant scintiller notre lumière, nous offrons aux autres la possibilité d’en faire autant. Nelson Mandela

Lire la suite

Demande à la savane – Jean-Pierre CAMPAGNE

chronique dora-suarez Demande à la savane - Jean-Pierre Compagne

La transgression se comporte comme une petite braise jetée dans la savane, on voit où la flamme prend mais nul ne sait où elle s’arrêtera. Ahmadou Kouromma

  Lire la suite

Jusqu’au premier mot – Pascal MILLET

chronique dora-suarez Jusqu'au premier mot - Pascal Millet

“Se souvenir” voilà le premier pas vers “comprendre”. Arnold Schoenberg

Lire la suite

Wendigo, La brigade des chasseurs d’ombres – Chrysostome GOURIO

chronique dora suarez LA BRIGADE DES CHASSEURS D’OMBRE -Chrysostome GOURIOLe wendigo est une créature surnaturelle du folklore des amérindiens. Il est le plus souvent décrit comme un monstre anthropophage ou comme un esprit malfaisant possédant les humains et les rendant cannibales.

Lire la suite

La prière du maure – Adlène MEDDI

chronique dora-suarez La prière du maure - Adlène Meddi

Si chaque pas posé sur la terre est une prière, alors vous progresserez toujours dans le respect du sacré. Alors votre pas sera sacré. Charmaine Whiteface

Lire la suite

Les jumeaux de Piolenc – Sandrine DESTOMBES

A un moment donné nous devons tous perdre notre innocence, n’est ce pas, c’est inévitable. Victor Del Arbol

Lire la suite

Brasier noir – Greg ILES

chronique dora suarez Brasier noir - Greg Iles

Une nation qui produit de jour en jour des hommes stupides achète à crédit sa propre mort spirituelle. Martin Luther King

Lire la suite

Stavros – Sophia MAVROUDIS

chronique Dora Suarez stavros_sophia mavroudisLa mort est un ennemi supérieur en nombre. André Ruellan

Lire la suite

Valet de pique – Joyce Carol OATES

chronique dora suarez Valet de pique - Joyce Carole OATESUn homme a beau être grand, on ne l’enterre pas dans deux tombes. Janis Otsiemi

Lire la suite

Quatre morts et un papillon – Valérie ALLAM

chronique Dora-Suarez quatre morts et un papillon - valérie allam

Le pont sur les eaux tumultueuses. Cai Jun

Lire la suite

Les espionnes du Saleve, tome 2 : Bletchley Park – Mark ZELLWEGER

Nous sommes sur le bord d’un précipice. Nous regardons dans l’abîme – nous éprouvons du malaise et du vertige. Notre premier mouvement est de reculer devant le danger. Inexplicablement nous restons. Edgar Allan Poe

Lire la suite

Le pensionnat des innocentes – Angela MARSONS

Le pensionnat des innocentes, original Silent Scream d’Angela Marsons.

Dora-Suarez Le pensionnat des innocentes Angela Marsons

Perdre sa jeunesse est vraiment un drame absurde et silencieux. Douglas COUPLAND Lire la suite

Euskal barbecue – Aitor BERHO

Couverture euskal-barbecue aitor berho dora suarezEUSKAL HERRIA, la patrie des basques. Lire la suite

Le tueur au miroir – Fabio M. MITCHELLI

Miroir, surface vitreuse sur laquelle est reflétée une image fugitive pour la grande désillusion de l’homme. Le Dictionnaire du Diable, Ambrose BIERCE Lire la suite

Les gens comme monsieur Faux – Philippe SETBON

couverture de les gens comme monsieur faux philippe setbon dora-suarez

Et de combien est le langage faux moins sociable que le silence. Montaigne Lire la suite

Peace and death – Patrick CARGNELUTTI

Couverture Patrick-CARGNELUTTI Peace and death dora suarez

La liberté n’est qu’un autre mot pour dire “rien à perdre”. Kris Kristofferson Lire la suite

Que Dieu me pardonne – Philippe HAURET

couv de que dieu me pardonne philippe hauret dora-suarezMon Père, je me remets entre Vos mains ; mon Père, je me confie à Vous… Mon Père faites de moi ce qu’Il vous plaira… Philippe Hauret Lire la suite

Crimes à la Croix-Rousse – Jacques MORIZE

couverture de crimes à la croix-rousse jacques morize dora-suarezL’homme n’est pas fait pour être vivant. Jean-Marie GOURIO Lire la suite

Et au milieu repose un corps – Johann MOULIN

ravet-anceau et au milieu repose un corps johann moulinLa vie est un jeu dont la règle numéro 1 est la suivante : Attention, ce n’est pas un jeu, soyons sérieux. Alan WATTS Lire la suite

Ainsi fleurit le mal – Julia HEABERLIN

couverture ainsi fleurit le mal julia heaberlinPour leurrer le monde, ressemble au monde, ressemble à l’innocente fleur, mais sois le serpent qu’elle cache. William SHAKESPEARE

J’ai toujours pensé que la mort avait quelque compte à régler avec moi.” Tessa Lire la suite

Ringo – Benoît-Marie LECOIN

Couverture de Ringo Benoît-Marie LecoinUn clébard si vous voulez le rendre con, suffit de le tabasser sans raison. Un homme c’est pareil, à part que c’est plus simple. Pas besoin de lui cogner dessus, même pas. Se foutre de sa gueule, ça suffit. Marie-Sabine ROGER Lire la suite

Block 46 – Johana GUSTAWSSON

Couverture Block 46 Johana GustawssonLes habits de deuil ont beau s’user et blanchir, le cœur reste noir. Victor HUGO Lire la suite

Mascarade – Ray CELESTIN

Couverture de Mascarade de Ray CelestineLe jazz est un phénomène durable parce qu’il exprime notre époque, le rythme énergique et endiablé d’une époque hyperactive… Léopold STOKOWSKI, 1924. Lire la suite

Petite sœur la mort – William GAY

Couverture de Petite soeur la mort William GayQuand je serai un fantôme je reviendrai vous hanter ! Je vous enlèverai votre couverture devant tout le monde ! Je vous planterai un bouquet d’orties dans le cul et vous vous gratterez pour l’éternité ! Mathias MALZIEU Lire la suite

Je suis innocent – Thomas FECCHIO

Couverture de Je suis innocent de Thomas FecchioTout le monde parle, on n’entend plus rien, faut que personne parle pour qu’on entende ce qu’on voit. Jean-Marie GOURIO Lire la suite

Connemara Black – Gérard COQUET

Couverture de Connemara Black Gérard Coquet JigalDe nos jours, on peut survivre à tout, sauf à la mort. Oscar WILDE Lire la suite

Violence d’État – André BLANC

Couverture de Violence d'Etat André BlancL’État est le plus froid des monstres froids, il ment froidement ; et voici le message qui s’échappe de sa bouche : “Moi l’État, je suis le peuple.” Friedrich NIETZSCHE Lire la suite

Prendre les loups pour des chiens – Hervé LE CORRE

Couverture de Prendre les loups pour des chiens de Hervé Le CorreNous ne sommes pas des hommes déguisés en chien, nous sommes des loups déguisés en hommes. Jin ROH Lire la suite

Olagarro – Ludovic BOUQUIN

Couverture d'Olagarrro de Ludovic BouquinJe suis la pire des mafias, je suis la loi. Personnage inconnu dans “La peur au ventre”. Lire la suite

Avis sur Le vrai du faux et même pire – Martine NOUGUE

Avis sur Le vrai du faux et même pire de Martine NouguéLe métier de femme ne nourrit plus son homme. Georges BRASSENS Lire la suite

Avis sur la trilogie Yeruldelgger – Ian Manook

yeruldelggerDans les temps anciens, il y avait des ânes que la rencontre d’un ange faisait parler. Victor Hugo Lire la suite

Le cri – Nicolas BEUGLET

le-criUn homme décent n’en bat pas un autre à mort. Víctor del Arból Lire la suite

Les démoniaques – Mattias KOPING

demoniaquesLa vie est une chose hideuse, et à l’arrière-plan, derrière ce que nous savons, apparaissent les lueurs d’une vérité démoniaque qui nous la rendent mille fois plus hideuse. H. P. LOVECRAFT Lire la suite

Bienvenue à Cottons’ Warwick – Michael MENTION

couvLes vices sont comme les bestiaux qui s’engraissent jusqu’à ce qu’ils soient bons pour la tuerie. Ben Jonson

Même s’il arrive à certains humains de se conduire bestialement, les chiens continuent de demeurer des chiens. Noëlle Chatelet Lire la suite

Jenny – Fabrice COLIN

jennyLes ruses et les machinations ténébreuses ont été imaginées par les hommes pour venir en aide à leur lâcheté. Euripide Lire la suite

Corinne n’aimait pas Noël – Jean-Luc TAFFOREAU

9782265059276fs– Vous mettez jamais de trempe à votre femme ?
– Si ! Mais pas avec un fer à souder…
– C’est parce que vous êtes pas bricoleur !
Le Père Noël est une ordure. Lire la suite

Un avant-goût des anges – Philippe SETBON

setbon-bmpSi vous n’êtes pas toujours femme en amour, vous le redevenez en vengeance. Honoré de BALZAC

La vengeance est boiteuse, elle vient à pas lents, mais elle vient. Victor HUGO Lire la suite

Du barbelé sur le cœur – Cédric CHAM

barbeleLe mal qu’on te fait la nuit a commencé le jour. Janis OTSIEMI Lire la suite

Yaak valley, Montana – Smith HENDERSON

yaak-valleyToi qui entre ici abandonne toute espérance. Dante Lire la suite

Soul of London – Gaëlle PERRIN-GUILLET

soulUn soir de demi-brume à Londres
Un voyou qui ressemblait à mon amour
Vint à ma rencontre
Et le regard qu’il me jeta
Me fit baisser les yeux de honte
Guillaume APOLLINAIRE
Lire la suite

Un site WordPress.com.

Retour en haut ↑